Attentats de Paris : « J’ai dessiné un French kiss, comme une furieuse envie de vivre », par Aurore Doutreleau

Pour le premier CrossReaders de cette édition 2015-2016, nous vous proposons le dessin d’une illustratrice basée en France, Aurore Doutreleau. Voici ses sentiments, livrés lors d’une discussion avec nous. 

« N’ayant pas les mots ces derniers jours, j’ai passé beaucoup de temps comme nous tous dans l’effroi. J’étais chez moi en Dordogne, je venais de passer des heures devant des chaines d’info télé en continu, complètement figée. J’ai commencé à dessiner samedi dans la journée pour me sortir de ma tétanie, je l’ai fait pendant trois jours.

Crédits dessin : Aurore Doutreleau

La fureur de vivre malgré la terreur des attentats de Paris du 13 novembre 2015. Crédits dessin : Aurore Doutreleau

 

Les petits gribouillis assez névrotiques en arrière plan sont arrivés en premier sur le papier, comme pour m’aider à reprendre un peu le dessus. Ça m’a rappelé mes années lycée, à dessiner sur le coin d’une feuille. J’ai la trentaine aujourd’hui, et je ne sais pas comment j’aurais réagi si j’avais 17 ans aujourd’hui. J’ai beaucoup de pensées et d’admiration pour ces jeunes qui vont devoir grandir avec cette menace. Les couleurs vives sont ici de multiples symboles de vie, de jeunesse, de liberté et de force face à la violence. Il y a dans l’air ces derniers jours en France non pas seulement la légitime peur, mais surtout comme une furieuse envie de vivre.

A Paris, il est coutume de voir des personnes de tout âge et de tout genre s’embrasser langoureusement dans la rue. J’ai donc dessiné un baiser amoureux et érotique, un « french kiss ». Il y a dans ces baisers un moment de grâce , un instantané sur un pont, sous un passage, au beau milieu de la rue…  Les touristes adorent se prêter au jeu, ils identifient Paris comme la capitale de l’amour libre. S’aimer, être libre et aimer la vie, c’est cela même que ces barbares haïssent tant. Face à ces monstres, nous avons l’amour. S’embrasser fait écho à tout cela.

C’est cette énergie fougueuse, cette volonté de se sentir encore plus vivant , c’est cela qui me porte depuis vendredi 13 novembre, comme nous tous. »

Propos recueillis par Laure Vaugeois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *