La semaine du design 2014 à Milan, de surprise en surprise, par Ingrid Serey

Du 8 au 13 avril dernier, le design a investi les rues de Milan. L’événement le plus important en terme de design prend place, depuis 1961, chaque année, dans sa capitale européenne. Reportage d’une de nos lectrices, étudiante en architecture à l’EPFL de Lausanne, actuellement en échange à Milan.

Mise en scène que l'on peut voir dans des showrooms à Milan pendant la semaine du design 2014. © India Pappalardo

Mise en scène que l’on peut voir dans des showrooms à Milan pendant la semaine du design 2014. © India Pappalardo

 

S’imprégnant de la culture du nord, Milan est le cœur économique de l’Italie ; elle est la ville la plus développée du pays à côté de ses antagonistes du sud. C’est à la fois un centre industriel, commercial, financier et universitaire tout en étant aussi le siège de la bourse italienne. Milan est également réputée pour être la capitale de la mode, c’est ici qu’ont vu le jour nombre de grandes maisons italiennes comme Prada, Versace, Gucci ou encore Dolce et Gabbana qui dictent les styles italiens. La ville accueille d’ailleurs deux fois par ans la Fashion week, qui prend une tournure tout à fait différente de celle du design. Il faut dire que les milanais méritent bien leur réputation de fashionistas ; toujours élégants, les hommes portent pour la plupart « l’uniforme » i.e. des mocassins sans chaussettes + pantalon serré (de préférence bleu) + chemise et veste, sans oublier leurs lunettes de soleil (à l’intérieur comme à l’extérieur). Chez les femmes, on opte plutôt pour les chaussures à talon en cuir + le sac griffé + le brushing impeccable et bien sûr les lunettes de soleil, qu’il fasse beau ou mauvais.

  • Une semaine pour briller

Mais revenons au design. L’événement en question est qualifié de semaine du design mais a en réalité différentes appellations, même si le plus souvent les Italiens la qualifient de «salone ». Ce salon se tient pendant une semaine et la complication italienne commence ici. Pendant sept jours, on assiste à une mobilisation entière de Milan, on se prend à un véritable périple à travers la ville, où chaque recoin grouille de créativité, où l’embarras du choix des événements attise notre curiosité.

La communication des différents événements se fait sous formes multiples. Dans  les rues, on reçoit des tracts pour différentes marques de design, des invitations à des showrooms, des soirées, et sur Facebook, des invitations à de nombreux «aperitivos » (apéritif milanais typique où pour 10euros on reçoit un cocktail et on a accès à un buffet). Des grandes marques comme Martini ou Jagermeister organisent des « Free food and drinks ». De quoi se réjouir vous me direz, mais il vaut mieux y être à l’ouverture si l’on veut en voir la couleur.

De tous les événements, les showrooms restent la principale attraction. Ces espaces, où s’exposent des marques, des créateurs, des designers qui peuvent être dans des boutiques, des sièges d’entreprises, des cours, des hangars ou des lieux loués, captivent la foule, aussi dense soit-elle. Fixes ou éphémères, insolites et parfois uniquement ouverts pour la période du « salone », ces espaces permettent aux marques de faire la promotion de leurs nouveaux produits et de les mettre à la disposition du grand public, ou de faire redécouvrir leurs classiques comme Vitra, Kartell ou encore Alessi, trois piliers du design. Mais c’est aussi l’occasion pour de nombreuses marques de se faire connaître car ici, contrairement à la France, il existe beaucoup plus de PME dans le monde du design ; le design n’est pas industrialisé via de grandes enseignes comme Castorama ou Fly. Prenons par exemple les cuisinistes, on en trouve ici plus que 500 alors qu’en France on les compte sur les doigts de nos (deux) mains. Des marques sont également en plein boom : la marque danoise Hay n’existe que depuis 2002 mais est déjà très en vogue. Ses designs modernes allient simplicité, pratique et esthétisme avec un très beau travail sur les matériaux et le graphisme. Elle dispose d’un vaste espace d’exposition où les gens se pressent pour voir leurs nouveaux produits et pour certains repartir avec quelques babioles (la marque faisant partie de celles plutôt abordables).

Mise en scène, dans un showroom. Semaine du design 2014. ©  India Pappalardo

Mise en scène, dans un showroom. Semaine du design 2014. © India Pappalardo

 

L’atmosphère y est jeune et décontractée, les rencontres faciles. C’est aussi l’occasion pour les marques de faire un coup de comm’ : échantillons, catalogues et sacs à leur effigie sont distribués. Si on est loin de l’ambiance select de la Fashion Week, cette semaine reste cependant le plus grand rendez-vous annuel de designers mais aussi de clients, d’architectes et architectes d’intérieur, de professionnels de la mode… En bref c’est un rassemblement d’esprits créatifs, source d’un véritable dynamisme pour la ville, d’où une concurrence directe et accrue. Tant mieux pour nous: les marques rivalisent d’imagination pour surprendre.

  • Les 4 incontournables rendez-vous

Brera, dans le centre historique de Milan, est un quartier qui regroupe des enseignes connues de mode et de design les plus chics. On y découvre des boutiques aménagées pour l’occasion, ou des boutiques qui font des vernissages. Ces dernières sont alors conçues par le public comme des véritables espaces d’exposition. Tous les lieux prenant part au « salone » affichent un panneau à leur entrée vous invitant à y entrer. Des courettes italiennes pleines de charme servent de lieux d’entrée aux expositions. Les grandes marques emploient les grands moyens. Missoni par exemple, avec son installation d’architecture d’intérieur atypique et ludique : un festin est reconstitué dans une salle à manger… mais au plafond. Le spectateur peut donc le contempler allongé sur un sol aménagé de coussins tout en observant ce qui se passe dans la salle, les tables étant des miroirs.

Mise en scène dans un showroom, semaine du design 2014. ©India Pappalardo

Mise en scène dans un showroom, semaine du design 2014. ©India Pappalardo

 

Dans le même esprit, Via Tortona. Cette rue située dans le quartier jeune de Milan (Navigli) est reconnue dans le domaine du design. En temps normal, on y trouve de nombreuses boutiques de design. Cependant, le « salone » est l’occasion d’y voir émerger des thèmes plus variés voire excentriques et sans cohérence apparente… Je pense à un showroom dans lequel, à côté des démonstrations culinaires et d’un stand Haribo, se trouvait un stand de matelas innovant, un stand de céramique et un autre de produits de beauté – sans oublier au centre un espace pour tester des fauteuils relaxants. La splendeur de la logique italienne ! Au détour d’une rue, dans ce quartier, on peut découvrir des lieux insolites, où l’architecture se lie intimement au design. Car l’architecture sait donner du sens à ces expositions. Ici on passe au-dessous d’un pont, là-bas on parcourt des chemins de bambou. Au bout du voyage, on accède ou on aperçoit seulement les différents produits. C’est une bohème à l’italienne, on déambule sans quête dans ces espaces découvrant cuisines et objets par surprise.

Dans le quartier de Lambrate, qui est un peu plus excentré et réservé à tous les jeunes designers, des écoles de design – les plus souvent européennes – exposent. C’est un quartier qui met nos sens en éveil… Et qui, en l’occurrence, théâtralise l’univers des barbiers. Dans la rue, l’un d’eux, les cheveux longs, le chapeau de cow boy et les santiags aux pieds, s’occupe de raser un passant. Ambiance Far West.

Le Salone del mobile n’est pas un quartier mais une foire installée à l’extérieur de Milan. C’est le salon du mobilier qui attire tous les commerçants. Pour affronter ces nombreux  stands, une bonne santé physique est requise ! Tous les grands noms y sont représentés, Vitra, Starck, Alessi, Kartell, mais aussi des grandes enseignes de mode, des cuisines, des salles de bains et même des pavillons d’architecture. Certains styles étonnent, comme la partie « classico », ce style plutôt bling-bling-kitsch adressé à la clientèle de Russie et du Moyen Orient, au mobilier en peaux de bêtes, dorures et blasons et dont les prix ne peuvent convenir qu’à une petite partie de la population.

Exposition "How architects live" au Salone del Mobile. © Thomas Mauger

Exposition « How architects live » au Salone del Mobile. © Thomas Mauger

 

Vous l’aurez compris, la semaine du design est une période de fête, où l’on vagabonde, où l’on découvre, où l’on festoie, où l’on rencontre. Elle contribue à l’influence de Milan et à son dynamisme croissant. Et cela n’est pas prêt de s’arrêter ; la ville est actuellement en préparation pour l’exposition universelle de 2015.

Ingrid Serey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *