Taïwan – La Révolution des Tournesols : vers un autre Hong Kong ?

Article de la première édition de Crossworlds (2013-2014).

Depuis deux semaines, des milliers d’étudiants taïwanais manifestent afin de faire blocus contre l’influence croissante de la Chine. Dimanche dernier, CrossWorlds a suivi la manifestation autour du Parlement à Taipei.

Crédits photos : Camille

Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

Ils brandissent des tournesols, symboles d’espoir qui ont baptisé leur révolution. Car petit à petit, le cousin chinois tente de placer l’île sous sa coupe. Taïwan est pourtant toujours indépendante : petit îlot d’irréductibles, elle est fière d’avoir pu — jusque là — maintenir sa démocratie face à l’autoritarisme chinois. Taïwan, c’est la “République de Chine” ; la Chine, c’est la “République populaire de Chine”. Si la différence entre les deux expressions ne vous saute pas aux yeux, une petite chose les sépare : la démocratie. Le danger est là, l’appétit de Pékin a déjà imprimé sa marque.

Taiwan 8

Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

D’ailleurs, n’a t-il pas déjà englouti Hong Kong ? “ Ne vous rendez pas. Ne laissez pas Taïwan devenir le prochain Hong Kong. Ne laissez pas les gens du continent braquer leur doigt sur vous et dire des bêtises comme ‘Sans la Chine, c’est la fin du jeu pour vous’. ” Ces messages de soutien remplissent la page Facebook sur laquelle les Hongkongais, eux déjà vaincus, s’adressent aux Taïwanais révoltés. Sur le réseau social, les encouragements à continuer de protester ont pris la forme d’une sorte de manifeste populaire contre l’accord commercial que Taïwan s’apprête à mettre en oeuvre avec la Chine. Les gens de Hong Kong savent, eux, que la main mise chinoise est irréversible.

Taiwan 4

Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

Même si les Hongkongais profitent d’un statut spécial pour l’instant (SAR, Région Administrative Spéciale), “l’invasion” chinoise se fait sentir au quotidien. Petit à petit les dirigeants chinois ont pris le dessus. Par exemple, Pékin a promis que des élections au suffrage universel auront lieu à Hong Kong en 2017, mais ne cesse de retarder l’échéance. Tout le monde ici devine, qu’une fois le “statut spécial” venu à expiration en 2047, Hong Kong ne sera qu’une île chinoise parmi d’autres. La fête est terminée. Il s’agit donc d’empêcher à tout prix que le même scénario se produise à Taïwan. Dimanche, tandis qu’à Taipei ils étaient 500 000 à entourer le palais présidentiel, à Hong Kong aussi un millier de personnes étaient venus défiler pour apporter leur soutien. À Taiwan, les rues étaient principalement occupées d’étudiants.

 

Taiwan 9

Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

Sur les drapeaux (ci-dessus), on peut lire une certaine ironie : “Condamnez les monstres, attaquez leurs têtes avec des bâtons”, ou des injonctions plus sérieuses à l’intention du président taïwanais : “Abolissez le système colonialiste taïwanais ! Mettez un terme à 400 ans d’occupation étrangère !” Ces jeunes révoltés sont bien organisés, ils campent là depuis des jours. Un stand a même été mis en place pour charger les appareils électroniques. Des familles les ont rejoints, parfois des poussettes se déplacent difficilement au milieu des tentes.

Taiwan 7

Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

Voici ce qu’en dit Jeremy Lin, jeune Taïwanais faisant ses études aux États-Unis : “Le président Ma manque de transparence. Il ne fait rien pour annuler l’accord passé avec Pékin, son taux d’approbation a plongé à 9%. Même si certains étudiants ont fait preuve d’un peu trop de zèle au début des manifestations en cassant des fenêtres du Parlement, tant que la protestation citoyenne se fait en paix, elle montre à quel point la démocratie de Taïwan est vibrante, et à quel point le peuple est lassé. »

 

Taiwan 1

Un tournesol pour l’espoir. Crédits photo: CrossWorlds/Camille Azoulai

 

Camille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *