L’expérience yogi en Chine

Article de la première édition de Crossworlds (2013-2014 ).

48h dans la peau d’une yogi ou l’histoire d’une retraite revigorante sur l’île de la zénitude.

IMG_1425

Crédits Photos : Camille

 

Dans le ferry qui nous amenait à l’aube à Cheung Chau, cette île minuscule de 20 000 habitants, j’ai réalisé que je faisais tâche. « Coucou c’est moi », la petite étudiante Frenchie à peine débarquée, essayant de saisir tant bien que mal les conversations en Cantonais. Quand ensuite on m’a tendu, à 8h du matin, des nouilles agrémentées de viande, j’ai à nouveau eu un moment d’hésitation. Et puis je me suis abandonnée à l’expérience comme on jette des dés : qu’importe, je suis là, autant y aller carrément. C’est parti pour deux jours intenses de yoga.

Je me retrouve deux jours sur une île, deux jours avec un « master » indien et des habituées Chinoises. Je suis 1) la seule personne aussi jeune ; 2) pas Chinoise (une autre dans mon cas me tient compagnie). Je n’ai jamais fait de yoga à un niveau aussi avancé ; je connais mal la philosophie sous-jacente.

 

Mes copines chinoises : des matrones épanouies

IMG_0984

Mes camarades ne ressemblent pas tout à fait à ceux de l’université. C’est un petit groupe d’une vingtaine de femmes essentiellement, autour de la cinquantaine. Toutes sont locales, et toutes ont à peu près le même profil : femmes au foyer relativement aisées qui se sont dévouées à s’occuper de leur (seul) enfant, désormais aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni pour accomplir des études brillantes. Elles prennent désormais plus de temps pour elles, et elles parlent avec fierté de leur progéniture.

IMG_1164

Peu à peu ces femmes, qui pour la majorité ne parlent quasiment pas anglais, et qui sont ancrées dans une culture si différente de la mienne, deviennent pourtant mes aimables mamans. Elles doivent se demander ce que je fais là. Les deux ou trois qui parlent Anglais me traduisent les blagues. À vrai dire, j’éclate de rire avec elles sans trop savoir pourquoi. Après chaque repas tout le monde se met à la vaisselle ; et en séchant les plats que ma voisine nettoie, je suis béate : je ne comprends pas trop pourquoi les autres filles rient, mais je fais pareil, j’ai l’impression de faire partie du « truc ».

Même celles qui ne parlent que Cantonnais insistent pour que l’on prenne des photos ensemble – une passion à laquelle les Chinoises se livrent pleinement. Des trois cents clichés qui ont été pris pendant ces deux jours, un bon quart me concerne : ça donne un petit twist occidental au décor.

 

IMG_1239

Le yoga comme discipline de vie

Mis à part les repas, le reste du temps est consacré au yoga. Le thème de cette retraite : programme intensif d’« introduction au chakras ». On commence à 5h du matin par deux heures de pratique les yeux fermés ; quand on ouvre les yeux à la fin, le jour s’est levé. La journée est rythmée par la pratique. C’est étonnamment très physique : je souffle, transpire, m’efforce, m’étire, me tords tant bien que mal. Surtout, chaque mouvement a une signification – c’est là que le « yoga » tel qu’il est pratiqué à l’Ouest est artificiel, car c’est en réalité à la fois une science, un mode de vie et une philosophie.

IMG_1131

« Master Naveen », notre professeur indien, prêche une approche complètement rationnelle. Il étudiait les maths quand il a décidé de tout quitter pour se consacrer au yoga, et rentrer à l’Université de « Swami Vivekananda Yoga Anusamthana Samsthana » à Bangalore en Inde. Six ans plus tard, il avait son master de « science yogique » en poche. Il a enseigné à des prisonniers, des personnes souffrant de troubles mentaux, des enfants à problèmes, vérifiant à chaque fois l’aspect thérapeutique du yoga.

Donc, à l’aide de slides power point très précis, il nous explique donc la signification scientifique des chakras : il y en a 7 principaux, des sortes de roues d’énergie qui sont reliées aux parties du corps, et dont la force plus ou moins élevée s’explique par le caractère de chacun. Grossièrement, chaque chakra constitue un aspect de la personnalité ; le but est d’équilibrer chacun d’eux pour atteindre un juste milieu physique, psychologique et spirituel.

IMG_1570

 

Camille.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *