A Francfort, de la gare de fret aux buildings aseptisés

Des rails, 10 pays, 10 regards. Découvrez l’article de notre correspondante en Allemagne.

S’égarer dans le quartier de l’Europe (Europaviertel) à Francfort-sur-le-Main, c’est se laisser porter par l’effervescence d’une capitale économique au cœur du continent. Il y a un siècle, une gare de fret donnait le pouls du quartier.

Des buildings aseptisés, un centre commercial (Le Skyline Plaza) flambant neuf, mais aussi des chantiers et des grues à perte de vue le long de l’interminable Europa-Allee. Depuis le début des années 2000, le quartier d’Europaviertel bénéficie d’un grand projet d’urbanisation et est devenu le symbole d’une activité économique et immobilière forte.

Dans une rue perpendiculaire à l’Europa-Allee, un sombre et imposant bâtiment détonne dans ce paysage neuf. Sur le haut de la façade, un logo de la DB siège fièrement. Plusieurs personnes entrent et sortent du bâtiment à l’aide d’un badge. Un employé m’explique qu’il « s’agit de l’ancienne gare de fret Hauptgüterbahnhof. Aujourd’hui, elle est réhabilitée en bureaux : les bureaux de la DB à Francfort ». 

 

Le siège de la Deutsche Bahn à Francfort-sur-le-Main, Allemagne/ © CrossWorlds / Pauline Dumortier

Le siège de la Deutsche Bahn à Francfort-sur-le-Main, Allemagne/ © CrossWorlds / Pauline Dumortier

 

DB pour les trains de la Deutsche Bahn – la société des chemins de fer allemands.  De 1888 à 1996, ces trains ainsi que la plus grande gare de fret de marchandises et de triage (gare spécialisée dans la réaffectation de wagons de marchandises sur de nouveaux trains de fret) de la ville, la Hauptgüterbahnhof, occupaient les lieux. Cet espace était ainsi constitué d’un imposant réseau ferré et d’une une gare dédiée au commerce.

Plan de 1893. La « Hauptgüterbahnhof » en haut à gauche et la gare principale « Hauptbahnhof » à droite. © Wikipédia / Domaine public

Plan de 1893. La « Hauptgüterbahnhof » en haut à gauche et la gare principale « Hauptbahnhof » à droite. © Wikipédia / Domaine public

 

En 1996, la Deutsche Bahn (DB) prend la décision stratégique de délocaliser son activité de fret vers la Westbahnhof, la gare de l’Ouest de Francfort-sur-le-Main. L’activité s’en va mais les infrastructures, elles, restent un temps. En 1999, la ville met en place trois projets de développement urbain « Messeviertel/Hemmerichsweg », « Europaviertel West 1 » et « Europaviertel West 2 ». Des architectes sont désignés pour œuvrer, l’espace est alors repensé et largement investi par de nombreux projets immobiliers.

Des rails, il ne reste plus rien. Si ce n’est la locomotive posée sur un rail de l’autre côté de la rue, monument souvenir, nostalgie du passé et du règne de la DB en ces lieux.  

© CrossWorlds / Pauline Dumortier

Locomotive de la Deutsche Bahn: seul souvenir du passé ferroviaire de l’ancienne gare de fret à Francfort-sur-le-Main, Allemagne. © CrossWorlds / Pauline Dumortier

 

« Touch the sky »

La fin de l’activité ferroviaire a impliqué une forte transformation et une gentrification de cet espace urbain. D’ici 2019, on devrait compter près de 15.000 habitants dans le quartier, principalement conçu pour une population aisée. L’ancienne gare jouxte notamment le Praedium, un complexe immobilier à l’architecture angulaire pour lequel il faudra débourser jusqu’à 10.000 euros par mètre carré pour l’achat d’un de ses « penthouses », selon le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le slogan de l’opération n’est autre que : « Touch the sky, A unique view of the financial capital skyline », de quoi attirer une classe privilégiée.

omplexe immobilier « Praedium » à Francfort-sur-le-Main, Allemagne. © Crossworlds / Pauline Dumortier

Complexe immobilier « Praedium » à Francfort-sur-le-Main, Allemagne. © CrossWorlds / Pauline Dumortier

 

Ce projet illustre l’envolée des prix de l’immobilier à Francfort-sur-le-Main. Il est difficile de se loger, achats et locations de biens confondus. Je rencontre une jeune femme travaillant pour l’association « Expatriation Allemagne » qui aide les expatriés à s’installer à Francfort. Elle connaît bien le marché.

Une envolée des prix « depuis le Brexit »

A titre personnel, si elle décide de changer de logement elle sait qu’elle mettra « plusieurs mois à trouver un bien qui [lui] correspond vraiment » sauf si elle « active un réseau de connaissances ». « En ce qui concerne l’achat de biens, il est de plus en plus difficile de trouver et surtout depuis le Brexit. » En effet, Francfort-sur-le-Main – plus que Paris- semble être la nouvelle capitale financière de l’Europe ; c’est ici que siège notamment la Banque Centrale Européenne (BCE).

Cette transformation urbaine aux enjeux économiques et immobiliers n’est pas passée inaperçue auprès des francfortois. Des internautes ont créé des forums de discussions mais aussi des blogs et vidéos Youtube sur fond de mélodie nostalgique, pour dresser « un avant et un après » de la Hauptgüterbahnhof.

 

Enfin, seul hic, l’accessibilité du quartier en transports en commun n’est pas encore au point. Cocasse pour un espace précédemment fait de rails. La construction d’une ligne de métro desservant l’Europaviertel est prévue à l’horizon 2022, le quartier en sera d’autant plus attractif.

Pauline Dumortier

A Beyrouth, les rails oubliés depuis la guerre civile

A Buenos Aires, des rails pour frontière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *