Australian bush doofs: when society is reborn on the dancefloor

Imagine a world full of colors, music and joy. A world where blue jeans and black shirts are swapped for mottled clothes and the aggressive city horns are silenced by an array of intertwining melodies. Where art is the one and only invasive species. Where time loses importance, where you can approach everyone without knowing anyone, and where the proximity of these stranger’s bodies is not invasive but a harmonious communion.

This description could be  of a stereotypical utopia, but according to the experiences of participants, DJs, and organizers, this is what you will find at a typical Australian bush doof.

 

Did you say “bush doof”?

With the term “bush doof” you begin by exploring the bush- the unmistakable Australian landscape, the endless desert inhabited by trees so tall they sometimes block out the sun. Then you have the “doof”, the oasis within this arid land which refers to the explosion of electronic beats that engulf your senses with their heavy bass.

An urban legend claims that the term “bush doof” was  coined for the first time by the dreadful enemy of parties, the grumpy neighbour who comes knocking at your door before the stars have made their way into the night sky and orders you to turn off the music. In 1992, one of them would have come to a rave in Sydney and asked “ What’s that doof doof doof I hear?”. The term thus appeared in the early 90s, during the rise of the phenomenon itself, with the first celebration of the Earthcore festival in 1993. If the Australian bush doof has an ancestor or an archetype, it would be found within the American festivals of Woodstock in the 60s and of Burning Man, which was born in the 90s.

Today, a few bush doofs stand out amongst the hundreds of Australian festivals which take place each year. The biggest one, Rainbow Serpent Festival, gathers more than 10,000 participants.

 

A community is born within the dance

 

Bush1

The Australian bush doof Inner Varnika, dans le Victoria / Credits : CrossWorlds/ Duncan Jacob

 

Why make such a fuss about these bush doofs? In the end, aren’t they nothing more than ordinary outdoor electronic festivals?

Not really – or rather, really not. Baron, known as “The Baron”, takes part in many bush doofs as an organizer, manager and artist. He defines them as “alternative lifestyle festivals”. And when it comes to explaining what makes them so beautiful and special, the key word is “community”. It’s a micro-society that’s created on the dancefloor, and for several days in this limited space, a new way of life is born, ruled by its own set of laws. The participants of these festivals will live, sleep, eat, dance, and sometimes even get married. Marco is one of the co-founders of Subsonic festival, often referred to as one of the best bush doofs of New South Wales, and whose last celebration gathered almost 5,000 participants. He mentions, amused, how many people have even gotten “Subsonic” tattooed on their skin.

Creating a community is essential within the doof, and organizers spend a lot of time and effort carefully fostering it, not only because it’s necessary for an event run largely by unpaid volunteers, but also because it is intrinsically part of these festivals’ identity. Most doofs have entire pages dedicated to this aspect of the festival. Marco explains how he doubled the dietary budget last year so that “the building worker can sit with directors and executives, everyone eats together so everyone feels taken care of rather than like slaves”.

By fostering equality among all those involved with the festival, experiences are allowed to be shared by artists and festival-goers alike. Xander, who has been to bush doofs both as a simple participant and as a DJ, didn’t find the two experiences to be fundamentally any different. He stated that “the beautiful thing about these festivals is that everyone is encouraged to participate”. Miky, also a DJ, believes that his music “brings people together for self-expression”.

 

Subsonic festival aftermovie in 2015.  Credits : the gingerbread team

 

A gin & tonic with a shot of philosophy  

It becomes clear that a whole culture is developed within these doof communities, far beyond the simple commercial event. Subsonic, which has only recently begun to be a profitable enterprise, was created not with a motive to make money, but, as Marco expresses, to “change people’s lives, because music can change people’s lives when delivered in the right place and in the right way” . He created Subsonic after the ephemeral experience of a free festival that gathered crowds of up to 30,000 people, but was shut down after being a “victim of his own success”.

Bush doofs can be humanistic projects. A vision shared by many including Xander, defines festivals as “the absolute most worth-it unnecessary activity ever” as well as “an escape from public life; an exercise in identity”.

Bush doof culture aims to be alternative by going against socially dominant values such as quest for profit, individualism and consumerism. Natural wild landscapes, which have such a special strength in Australia, are an essential feature of the doof atmosphere. Hence recently, there has been an increased effort to reduce pollution within these festivals, applying the principles of Leave No Trace (no rubbish left behind) and of PLUR (Peace, Love, Unity, Respect) – concepts coming from one of DJ Frankie Bones’ speeches in 1993 which became a credo of rave culture. Keeping these values in mind, Miky avoids collaboration “with festivals organizers who do not have a strong environmental management plan”.

Generally the composition of these festivals is formed in a way that stimulates minds and raises consciousness by using art to instill soul into the party through the use of huge installations and multiple workshops. Baron regularly leads a quite unique workshop which is meant to trigger discussions about political philosophy, focusing on “community development and the restoration of agency, by which I mean political power”. This may sound like a very intense exercise to partake in during a party but Baron assures that people come to him spontaneously and sometimes by mistake, believing that it’s “just a place to roll a cigarette or chill out”. Reflection becomes attractive because of its informal setting, and with a few simple tricks, such as wearing eccentric outfits, the Baron is able to offset the seriousness of the conversation. One of the greatest part of bush doofs is that participants “are already looking for an alternative (…) – even if it isn’t a well crystallised or verbalised understanding”.

 

“The Baron”, au bush doof Yemaya en 2014 / Crédits : CrossWorlds/Duncan Jacob (Duncographic)

“The Baron”, in the Yemaya bush doof in 2014. Credits : / Duncan Jacob (Duncographic)

 

An effervescent and changing scene

Doofs used to be limited to a small group of psytrance lovers, but their popularity has continued to grow as the line-ups have diversified to include house and techno music. Marco pays great attention to the diversity of his participants and is delighted that his festivals are home to “dreadlock hippies as well as fashionable beautiful girls and tech geeks… We even see some people with their children”. Musical diversity also plays a key role, and he considers one of Subsonic’s advantages as lying in the fact that he is himself a DJ, able to “mix the DJs”.

The diversification of the bush doof was accompanied by better management of these events. Marco can proudly state that his festival had “1 ambulance in 7 years” and is credited as the “perfect embodiment of a bush doof done right” by tonedeaf.com, a media specialising in the Australian music scene. This description contrasts greatly to the depiction of doofs by other media outlets as dangerous events full of debauchery. The online newspaper  news.com.au states that “ THEY’RE a breeding ground for wild behaviour, sexual assaults, violence and underage drinking – and they’re as tough to control as your average 16-year-old.”

However, this very diversification that was the vector of growth may be a threat to their identity. Xander notices that “the famous Aussie bush doofs have grown, legitimised and commercialised, in both positive and negative ways”. Indeed, there is a risk that their very identity is at stake and that the conscious and alternative cultures that have always been at the heart of what makes them unique will be weakened if the participant base expands much further and begins to include people who do not place such importance on the essential values cherished by the traditional doof community.  In this regard, Baron regrets that doof community “has not adequately communicated its expectations (…) because festivals have assumed their culture will permeate, and have not changed their structures” for a better insertion.

 

————————————————————————————                                               VERSION FRANCAISE
————————————————————————————
« Bush doofs australiens : où l’on « rave » d’un autre monde »

Un monde plein de couleurs, de musique et de joie. Un monde où jeans et chemises noires seraient troqués pour des vêtements bariolés, où des mélodies variées tairaient les klaxons agressifs, où l’art serait la seule espèce invasive. On n’y saurait pas quelle heure il est, on y parlerait à tout le monde sans connaître personne, et la proximité du corps de l’autre ne serait pas synonyme d’affront mais de communion.

Cette description pourrait être celle d’une utopie quelconque, ou celle d’un « bush doof » australien, à en croire les témoignages de festivaliers, DJs et organisateurs de ce type assez particulier de « rave ».

Bush1

Le bush doof australien Inner Varnika, dans le Victoria / Crédits : CrossWorlds/Duncan Jacob

« Quel est ce doof doof doof que j’entends? »

Dans « bush doof », il y a premièrement bush, qui renvoie à l’arrière-pays désertique et broussailleux si caractéristique du continent australien. Il y a ensuite « doof », référence au type de musique de ces festivals ; explosion d’électro jouée sur fond de basses fortes et répétitives.

On raconte que les « bush doof » tiennent leur nom d’un de ces ennemis terribles des festivités, un de ces voisins aigris qui viennent frapper à votre porte et vous somment de couper la musique. En 1992, alors qu’une rave party se tenait à Sydney, l’un d’entre eux serait venu demander « Quel est ce doof doof doof que j’entends? ». Le terme bush doof a ainsi émergé au début des années 90, en même temps que le phénomène lui-même s’installait, avec la première édition du festival Earthcore en 1993.  S’il fallait leur trouver un ancêtre et un archétype, ce seraient respectivement les festivals américains de Woodstock dans les années 60 et de Burning Man, né dans les années 90.

Aujourd’hui, une dizaine de bush doofs majeurs se distingue parmi les centaines de festivals australiens qui se tiennent chaque année. Le plus grand d’entre eux, Rainbow Serpent Festival, réunit plus de 10 000 festivaliers. 

Une micro-société le temps d’une danse

Rien de nouveau sous le soleil, finalement, les bush doofs ne seraient que de simples festivals électro en plein air? Pas vraiment – ou plutôt vraiment pas.

Baron, connu dans le milieu sous le pseudonyme « The Baron », la trentaine, intervient dans de nombreux bush doofs en tant qu’organisateur, manageur et artiste. Il les définit comme des « festivals aux modes de vie alternatifs ». Et quand il faut expliquer ce qui fait la spécificité et la beauté de ces évènements, un mot revient systématiquement, celui de «communauté ».

C’est une micro-société qui se construit sur ce dancefloor particulier : dans un espace délimité, régi par un règlement intérieur, les festivaliers vont pour plusieurs jours vivre, dormir, manger, danser, parfois même se marier. Marco est l’un des deux créateurs du festival Subsonic, souvent qualifié d’un des meilleurs bush doofs du New South Wales, dont la dernière édition a réunit plus de 5 000 participants. Il se rappelle, amusé, avoir vu des festivaliers s’être fait tatouer « Subsonic » sur la peau.

L’aspect communautaire est primordial et les organisateurs des bush doofs le cultivent, non-seulement parce qu’il est nécessaire au bon fonctionnement d’événements organisés en  grande partie par des volontaires, mais aussi parce que cela fait partie de l’identité même de ces festivals. Leurs sites internet y sont des onglets entièrement dédiés. Marco explique avoir doublé le budget des dépenses alimentaires l’an dernier : 

« pour que l’ouvrier puisse s’assoir avec les directeurs exécutifs, que tout le monde puisse manger ensemble et se sentir choyé ».

Ce concept de proximité et d’égalité semble partagé par les artistes et les festivaliers. Ainsi Xander, qui est allé dans des bush doofs à la fois en tant que simple usager et comme DJ, n’a pas trouvé les deux expériences fondamentalement différentes « puisque ce qu’il y a de beau, dans ces festivals, c’est que tout le monde est encouragé à participer ». Miky, DJ également, affirme que sa musique « rassemble les gens et libère leur expression ».

Aftermovie du festival Subsonic 2015 / Crédits : the gingerbread team

De la science politique entre deux verres de vodka

Toute une culture se développe au sein des communautés des bush doofs, bien au-delà du simple évènement commercial. Subsonic n’est d’ailleurs rentable « que depuis peu« , précise Marco ; le motif de sa création n’ayant pas été le profit mais de « changer la vie des gens, car la musique peut changer des vies quand elle est délivrée de la bonne façon ». Ce dernier l’a créé après l’expérience éphémère d’un festival gratuit qui avait réuni près de 30 000 personnes, mais qui avait pris fin, « victime de son succès ».

Les bush doofs seraient donc des projets humanistes. Cette vision est partagé par Xander, qui définit les festivals comme « l’activité inutile la plus nécessaire au monde» ainsi que comme « une échappée de la vie publique, un exercice identitaire ».

Cette culture des bush doofs se veut alternative en allant à l’encontre de valeurs socialement dominantes telles que la quête de profit, l’individualisme et le consumérisme.

Les paysages naturels et sauvages, qui ont une force si particulière en Australie, sont un déterminant essentiel de l’atmosphère des bush doofs. En retour ces derniers ont récemment accentué leurs efforts pour être moins polluants, appliquant les concepts du Leave No Trace (pas de déchets) et du PLUR (Peace, Love, Unity, Respect), ce dernier étant né dans un discours du DJ Frankie Bones en 1993, depuis devenu le credo de la culture rave. Ainsi, Miky évite de collaborer avec les organisateurs de festivals qui ne font pas du respect de l’environnement une priorité.

L’intégralité du cadre des festivals est pensée de façon à stimuler esprits et prises de conscience. L’art insuffle une âme à la fête à travers de gigantesques installations et de multiples ateliers. Celui que Baron anime régulièrement est un peu particulier : on y discute philosophie politique et récupération du pouvoir d’action. S’il est difficile à concevoir qu’on aille s’engager dans de telles discussions au milieu d’un festival électro, Baron assure que les gens y viennent spontanément – et aussi par erreur, pensant qu’il s’agit d’un espace détente pour se rouler une cigarette. Ce qui rend la réflexion séduisante, c’est son format  décontracté, et quelques astuces : Baron contrebalance le sérieux des conversations en portant des tenues un peu loufoques. Et puis, une grande partie de ceux qui fréquentent les bush doofs sont « déjà à la recherche d’une alternative – même si ce n’est pas une pensée bien cristallisée ou verbalisée ».

“The Baron”, au bush doof Yemaya en 2014 / Crédits : CrossWorlds/Duncan Jacob (Duncographic)

“The Baron”, au bush doof Yemaya en 2014. Crédits photo : CrossWorlds/Duncan Jacob (Duncographic)

Une scène effervescente en pleine évolution

A leurs débuts, les bush doofs ne réunissaient qu’un public restreint d’amateurs de psytrance. Mais leur popularité ne cesse de grandir à mesure que leur programmation se diversifie dans les genres house et techno. Marco accorde à cela une attention particulière. Il n’aime pas l’entre soi et se réjouit que son évènement puisse rassembler « les hippies à dread locks, comme les belles filles à la mode, comme les tech geeks…  On voit même des familles avec des enfants ». La diversité musicale lui tient également à coeur, et il estime qu’une des forces de Subsonic réside dans le fait qu’il soit lui-même un DJ, capable de « mixer les DJs ».

La démocratisation des bush doofs s’accompagne d’une meilleur organisation de leur gestion. Marco est fier de la tenue de son festival « qui n’a connu qu’une ambulance en 7 ans », et est qualifié « d’exemple parfait du bush doof bien fait » par tonedeaf.com,  média spécialisé dans la scène musicale australienne.  Cette description contraste avec celle que peuvent faire certains médias, dépeignant des évènements de débauche dangereux.  Comme le journal en ligne news.com.au, qui écrit: « ILS SONT le terrain de comportements sauvages, d’agressions sexuelles, de violence et de consommation d’alcool par des mineurs – et ils sont aussi incontrôlables que votre ado de 16 ans ». 

Cependant, cette même démocratisation qui fait grandir les bush doofs est peut-être une menace pour leur identité. Xander remarque que : 

« le célèbre bush doof australien a grandi, s’est légitimité et s’est commercialisé de manière à la fois positive et négative ».

En effet, il y a un risque que leur particularité se dilue, que leur culture consciente et alternative s’affaiblisse à mesure que leur public s’élargit – incluant des personnes moins acquises à de telles valeurs. A ce propos, Baron regrette que « la communauté doof n’ait pas su communiquer ses attentes de manière adéquate, parce que les festivals ont estimé que leur culture était perméable et n’ont pas changé leur structure » pour une meilleure insertion.

Elise Levy

Plongez-vous dans le monde des bush doof en découvrant le travail de Duncan Jacob, alias Duncographic qui photographie ces festivals depuis plus de 5 ans.

 

Une réflexion au sujet de « Australian bush doofs: when society is reborn on the dancefloor »

  1. Whats up very nice site!! Guy .. Beautiful .. Superb .. I will bookmark your site and take the feeds additionallyI’m glad to find numerous useful information right here within the submit, we want work out extra strategies on this regard, thank you for sharing. . . . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *