Les jouets dans le monde, de ceux que l’on cache à ceux qui nous lient

Chaque année, CrossWorlds s’emploie à vous faire découvrir le monde à travers de nombreuses paires d’yeux. Maintenant que la période des fêtes s’est achevée, que les cadeaux sont déballés, notre équipe décortique la fonction du jouet en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, en Palestine, au Liban et en Israël.

“À quoi on joue ?”

La question d’apparence anodine est de taille. Si tu réponds bien, peut-être deviendras-tu mon ami. Peut-être échangerons-nous nos jouets. Et dans cette quête du jouet qui lie et épanouit, peut-être construirons-nous de nouvelles règles ensemble.

La marche des jouets en Palestine, au Liban, en Israël, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Allemagne. © CrossWorlds / Cyndi Portella

La marche des jouets en Palestine, au Liban, en Israël, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Allemagne. © CrossWorlds / Cyndi Portella

 

Règle n°1 : un jouet qui nous ressemble

Petite, j’ai imaginé mille vies avec mes Barbies, me projetant dans leurs destins dramatisés par mes soins. Avec ma Barbie Anaïs, j’ai été jeune maman héroïque ; avec Leïla, une écrivaine rebelle ; avec Camille, une professeure engagée… J’ai eu de la chance : pour rêver, j’ai pu me reconnaître dans leur apparence physique de plastique. En 2016, la marque Mattel a lancé une gamme de Barbies rondes, petites… suggérant, enfin, les contours de beautés différentes et facilitant encore plus l’identification.

Selon la sociologue Juliette Smeralda, les petites filles noires n’ont pas cette possibilité. La petite fille noire “est la seule qu’on construit avec l’identité des autres”, affirme-t-elle dans une interview accordée au blog Black and Curly en 2015. C’est la seule à qui on donne des poupées blanches avec des cheveux lisses et la peau claire.

Depuis sa création, l'apparence de la barbie a évolué, épousant avec retard les différentes morphologies des femmes et des hommes. © Flickr/CC/vanessa v.

Depuis sa création, l’apparence de la barbie a évolué, épousant avec retard les différentes morphologies des femmes et des hommes. © Flickr/CC/vanessa v.

 

Pourtant, les poupées noires apparaissent dans l’industrie du jouet dès 1850, selon le journal Le Monde, mais malgré leur peau noire ou métisse, elles présentent des caractéristiques d’un physique caucasien, comme des cheveux raides. Loin de la chevelure des petites filles noires, frisée ou crépue.

La poupée est un jouet “identitaire, analyse Juliette Smeralda. “C’est un objet de projection de soi par l’enfant qui joue, et qui lui renvoie un retour sur tout ce qui peut faire partie de sa vision de la beauté, de l’équilibre et du naturel entre guillemets.

Cette absence de jouets qui leur ressemblent a des conséquences sociales dans la mémoire et l’histoire de toute une culture. C’est l’une des raisons pour laquelle l’art de la coiffure dans la communauté noire est devenu marginal en France, engendrant des générations de femmes se défrisant les cheveux, souvent avec des produits nocifs. Aujourd’hui, des marques comme Urbidolls mettent à l’affiche des poupées noires et métisses aux beautés variées.

C’est pour contrer cette menace de l’oubli et de l’aliénation que la communauté māorie de Nouvelle-Zélande fait danser les poupées marionnettes “karetao” lors de petites pièces de théâtre, rythmées par des chants traditionnels. Des jouets pour la mémoire, pour que chaque communauté ait une place dans l’histoire du pays, pour que le spectacle continue.

En Nouvelle-Zélande, le salut des Māoris passe par les marionnettes du « karetao »

Règle n°2 : un jouet qui nous rassemble

En Israël, c’est le backgammon qui invite tout le monde à la fête en tentant de construire des ponts. Notre correspondante a discuté avec les fondateurs de l’association “Jerusalem Double” qui veulent favoriser la rencontre entre “les Juifs et les Arabes, de tout âge et de toute religion dans une ville dite trois fois sainte et divisée par les tensions entre les communautés.

Le « Shesh Besh » : ou comment un jeu millénaire veut apporter la paix en Israël

 

Au Liban, les mêmes petits pions portent un grand héritage. Ce jeu légendaire, dont plusieurs peuples du Moyen-Orient se disputent l’origine, unit les générations qui s’attablent dans la rue à Beyrouth ou sur Internet pour y jouer. Il nourrit de nouvelles ambitions pour ce siècle. Selon Mounir Alam, en charge des relations publiques de la Fédération Libanaise de Backgammon et interviewé par notre correspondante, il faut désormais passer à l’étape suivante et acquérir le titre professionnel de “sport”.

Au Liban, le légendaire backgammon veut gagner le titre de « sport »

Règle n°3 : un jouet qui affranchit

Et puis, au contraire, il y a ces jeux qui suscitent la honte et que l’on préfère taire en société. Les plus excitants, sans doute. Jeux d’argents, jouets sexuels : en Palestine et en Allemagne, nos correspondantes ont joué avec le feu pour vous parler de ces jeux interdits ou tolérés.

En Palestine, la brève épopée de l’Oasis Casino, fermé deux années seulement après sa construction en plein désert, dévoile l’univers complexe des jeux d’argent et du hasard dans le pays, proscrits par l’islam, mais secrètement pratiqués par une élite.

Jeux interdits en Palestine : l’Oasis Casino de Jéricho, un pari controversé

De leur côté, les Allemands semblent bouder davantage les sex shops, alors que le pays a été le premier à ouvrir un magasin « spécialisé dans l’hygiène marital » dans les années 60. Afin d’écouler leurs jouets sexuels pour adultes, les enseignes se réinventent.

Allemagne : l’industrie du sex toy doit se renouveler dans ce pays pionnier du sex-shop

Règle n°4 : un jouet de confiance

Les jouets en Allemagne peuvent aussi être persona non grata. Dans certains jardins d’enfance, on a imposé des temps de récréation sans eux. Et ce sont des dizaines d’enfants qui réinvestissent ces minutes d’égaiement et laissent libre cours à leur imagination pour créer, de nouveau.

En Allemagne, d’autres jouets pour réduire les déchets et favoriser la créativité ?

Aux États-Unis aussi, on essaie de réécrire les règles. Un zeste de conscience écologique, une once de nostalgie pour le Mario Kart des années 90 et une bonne dose de crainte que le nouveau joujou technologique doté d’une caméra puisse espionner les foyers, ont remis à la mode le jouet vintage. Et l’industrie du jouet l’a déjà bien saisi.

Etats-Unis : les jouets, et si c’était vraiment mieux… avant ?

Clara Wright
avec le visuel de Cyndi Portella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *