EDITO – Noël ?

A l’origine, on n’avait pas choisi Noël. Puis, au moment de collecter les différents regards, on a réalisé qu’on ne pouvait pas, en décembre, faire l’impasse sur Noël.

photo de couverture Noël?

Noël sur CrossWorlds, 8 pays, 8 regards. Crédits dessin: CrossWorlds/Marguerite Boutrolle  

 

Ce serait contre-nature, étudiants français que nous sommes, ancrés dans un système de pensée occidental où Noël a rythmé nos années depuis que nous sommes petits. Que le calendrier de l’avent nous ait offert des chocolats ou des images bibliques, que notre maison ait été décorée par un sapin de deux mètres ou par une crèche, que le Père Noël soit la star de la soirée ou que l’on assiste à la messe de minuit, ou encore que l’on ait passé ces années à rêver des cadeaux des autres enfants, Noël se manifeste. Et quand bien même l’on choisirait de l’ignorer, par mépris, par indifférence ou par fidélité à une autre croyance, quelques pas hors de chez nous, et les boutiques nous rappellent son existence. Choisir un autre thème aurait aussi été contre-productif en période de fêtes: que l’on soit sensible ou pas à sa magie, en décembre, l’esprit s’adapte et vit dans une certaine expectative.

Car tout s’ébranle autour du 1er du mois. Les préparatifs commencent, et révèlent la signification de Noël dans nos huit pays d’accueil. Existe-t-il encore un sens religieux à cette fête? D’autres sont-elles plus importantes mais occultées derrière notre prisme historiquement chrétien ? En Inde, Jésus est perçu comme une réincarnation de Vishu. A Tel Aviv, pas de naissance du Christ – et pourtant, à dix km à peine de Jérusalem, on trouve Bethléem, le berceau du christianisme. Pas de guirlande électrique non plus, la commercialisation de la fête ayant échoué, mais Tel Aviv est une exception à la règle.

 

Stanley Park, à Vancouver. La maison du Père Noël. Crédits photo - Clara

Stanley Park, à Vancouver. La maison du Père Noël. Crédits photo: CrossWorlds/Clara Wright

 

Faut-il blâmer le tournant marchand qu’a pris Noël ? Des évidences dérangent, comme au Brésil où les habitants de la Cité des Dieux n’y participent pas. Néanmoins, cette évolution a été généralement acceptée par les pays, de confession chrétienne ou non. Ce qui est certain, c’est que la manière d’aborder Noël reflète l’état d’esprit et l’évolution d’une communauté sur un territoire. Ainsi, dans le quartier chinois de Vancouver, un commerçant m’explique que je ne trouverai pas de trace de Noël ici, car « les Chinois ne sont pas chrétiens ». Mais à Hong Kong, où il n’y a pourtant pas plus de chrétiens, Noël explose dans les vitrines des malls et les consommateurs affluent de la Chine continentale.

Certains peuvent y voir une grotesque surconsommation, d’autres, la possibilité de se faire plaisir et de ravir leurs proches. Derrière les vitrines et les décorations urbaines, ou encore dans les marchés de Noël allemands, s’exécute une politique du bonheur propre au mois. De la joie institutionnalisée, programmée en décembre, presque artificielle mais devenue tradition. Et qui peut se plaindre sans faire preuve de mauvaise foi d’avoir un rendez-vous agréable chaque année? Malheureusement, il semble peu probable que cette politique se diffuse jusqu’en Syrie, où l’un de nos correspondants se rendra pour les fêtes.

L’équipe de CrossWorlds vous souhaite à tous un très joyeux Noël !

Clara Wright
@clarawright_

SOMMAIRE

Semaine du 9 décembre

En Malaisie, à Kuala Lumpur
Noël  et le brassage commercial des cultures, par Amaury Hauchard

En Inde, à Pune
Noël chrétien, Jésus indien, par Paul-Henry Schiepan

Semaine du 16 décembre

Au Brésil, à São Paulo
Le conte de Maître Grincho: l’homme qui ne fêtait pas Noël, par Paul Divet

Au Canada, à Vancouver
Noël en famille(s), par Clara Wright

Semaine du 23 décembre

En Allemagne, à Berlin
Noël, crimes et pain d’épice, par Rémi Bernard
Regard illustré par Marguerite

En Chine, à Hong Kong
La force des malls, par Camille Azoulai

Semaine du 30 décembre

Pour ce numéro sur Noël, notre correspondant au Liban part en Syrie.
Un Noël à Damas, article et photographies de Nicolas Hrycaj

En Israël, à Tel Aviv
Noël : ambiguïtés en Terre Sainte, par Sarah Melloul.

L’équipe de CrossWorlds s’est agrandie pendant le mois de décembre et a mis le cap sur l’Afrique.

En Angola, à Luanda
Soyez généreux, c’est Noël, par Aminata Diawara Keita

Une réflexion au sujet de « EDITO – Noël ? »

  1. Beaucoup de raisons contre, baucoup de raisons pour, à dire vrai noël c’est un peu gonflant, du moins pour moi. Il reste que l’excitation des gens à l’approche de ce 25 décembre est bien réel et plutôt sym pathique. Les occasions d’un beau sourire ne sont pas si nombreuses et un bonheur surfait est toujours bon à prendre. Sur l’aspect commercial, c’est démentiel, mais nous avons malheureusement besoin de croissance. Cest le grand écart en permanence, surtout pour moi qui suis commerçant.
    Bravo pour vos articles
    Nassire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *