Inde : ceci n’est pas qu’un journal

On entend souvent que le journal papier meurt à coup de quotidiens gratuits et d’applications mobiles. C’est peut-être vrai ailleurs mais en Inde, le journal reste bien vivant. Il a même plusieurs réincarnations.

Ceci est une tour de Babel

DSC_2355

Crédits Photo : CrossWorlds / Eloïse Stark, Old Delhi, Janvier 2016

L’Inde est un des seuls pays au monde où la circulation des journaux papiers est en hausse, avec plus de 330 millions de journaux vendus tous les jours. Vendu à environ 5 roupies (7 centimes), le journal reste accessible au plus grand nombre. Et tout comme le reste de l’Inde, les journaux sont polyglottes. Il existe plus de 80 000 journaux, en anglais, en hindi et dans des dizaines de langues régionales.

Ceci est une lecture mobile

DSC_2338Crédits Photo : Crossworlds / Eloïse Stark, Old Delhi, Janvier 2016 

Chez soi, dans le train, dans la rue … Le journal, on le lit partout. Avec un taux d’alphabétisme à 70%, l’Inde a près de 600 millions de lecteurs potentiels.

Ceci est un échappatoire temporaire

DSC_1002 (2)Crédits Photo : CrossWorlds / Eloïse Stark, Amritsar, Novembre 2015 

Ne jamais interrompre quelqu’un qui lit le journal. Ca peut rendre le lecteur en question un petit peu grognon, comme ce vendeur de bracelets dans sa petite échoppe à Amritsar.

Ceci est un parasol

IMG-20160109-WA0001 (3)Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, New Delhi, Octobre 2015 

Le format papier présente de nombreux avantages par rapport à internet. Comme pour cette jeune femme qui se protège du soleil lors d’une sieste dominicale dans le parc de Rajpath à New Delhi.

Ceci est le tri sélectif

DSC_2367 (2)Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, South Delhi, Janvier 2015 

En Inde, le recyclage se fait souvent de façon informel. Des chiffonniers se plongent dans les poubelles et les décharges à la recherche de tout ce qui peut se revendre. Ces marchands leur achètent les vieux journaux, et les revendent au poids. Première étape de la nouvelle vie d’un quotidien.

Ceci est une nappe

DSC_0383 (2)Crédits Photo : CrossWorlds / Eloïse Stark, Mandi, Octobre 2015 

A Jammu, près de la frontière pakistanaise, 7 morts. Et à Mandi, des piments couleur sang qui sèchent aux soleil.

Ceci est un feu

DSC_2372Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, South Delhi, Janvier 2016 

Pour ceux qui vivent ou travaillent dehors, comme ces marchands qui vendent des objets en céramique, le journal permet de faire un feu, et d’avoir un peu de chaleur pendant ces nuits d’hiver où la température tombe à 5°C.

Ceci est du fast food
DSC_2331 (2)

Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, Old Delhi, Janvier 2016 

Le journal vient enrober les délices de la Street Food de Delhi, un petit paquet à odeur d’épices, rapidement traversé par le gras qui coule des aliments.

Ceci est un sachet de fruits

DSC_2318Crédits Photo : CrossWorlds / Eloïse Stark, New Delhi, Janvier 2016 

Quand on va faire ses courses aussi, les aliments viennent dans des paquets en papier journal. Ici, une marchande prépare un sachet de fruits pour un client.

Ceci est du papier bulle

DSC_2346 (2)Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, Old Delhi, Janvier 2016 

Des fines coupures de journaux servent à protéger les objets fragiles ou alors les fruits, transportés sur les routes endommagées de la campagne à la capitale.

Ceci est un déchet

DSC_2312 (2)Crédits Photo: CrossWorlds / Eloïse Stark, South Delhi, Janvier 2016 

Des épluchures d’oignons, des sachets en plastique, des cartes de jeux déchirées et des mots périmés.

 

Eloïse Stark et Anouch Carracilly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *