La télévision made in India

Chaque année, CrossWorlds s’emploie à vous faire découvrir le monde à travers de nombreuses paires d’yeux. Suivez les yeux d’une dizaine de nos correspondants, rivés sur la télévision dans leur pays.

Que regardent les Indiens dans la petite lucarne ? La dernière saison de Game of Thrones ou un film bollywoodien ? Un de ces jeux déclinés partout à travers le monde ou une émission made in India ? Voyage au cœur du petit écran indien.
Brij Kothari, créateur de programmes télévisions pour l’alphabétisation des enfants en Inde. Dans le pays, le petit écran est vecteur de lien social. © Wikimedia Commons

Brij Kothari, créateur de programmes télévisions pour l’alphabétisation des enfants en Inde. Dans le pays, le petit écran est vecteur de lien social. © Wikimedia Commons

 

Dans cette petite échoppe, qui ne doit pas excéder les 4-5m², le vendeur regarde la télé en attendant le prochain client. De même pour ce gérant d’hôtel, assis derrière le bureau qui sert de réception.

Dans tout le pays, ils sont des millions à regarder ce poste de télévision dont plus d’un foyer sur deux est équipé. Ce chiffre place l’Inde loin derrière les pays occidentaux comme la France, où 94% des foyers sont munis d’un téléviseur. Il reste quand même très élevé dans un pays à la population à grande majorité rurale et où le PIB par habitant s’élevait à un peu plus de  de 7000$ en 2017.

L’anglais n’a pas la cote

Quand on se promène dans les rues de Chennai, on entend bien souvent la télévision avant de la voir. On est donc d’abord marqué par la langue, qui n’est presque jamais de l’anglais. Dans cette ville du Tamil Nadu, tout au sud de l’Inde, ce n’est pas non plus la langue officielle du gouvernement, l’hindi, que l’on entend majoritairement, mais bien le tamoul. D’ailleurs, la chaîne la plus regardée du pays est Sun TV, une chaîne tamile. Elle profite du manque de concurrence dans cette langue pratiquée par 61 millions de personnes, pour dépasser les grandes chaînes hindies au niveau des audiences. Les programmes qu’elle propose sont très loin des standards anglo-saxons de Netflix et OCS qui s’exportent sur une bonne partie de la planète.   

Des jeux aux films en passant par les séries, la musique et l’information, les effets sonores et lumineux sont omniprésents sur cette chaîne généraliste. Pour le spectateur habitué à la télévision française, cela peut paraître kitsch et excessif. Mais pour le téléspectateur indien, l’absence de ces effets rendraient les programmes fades.

Au-delà de Sun TV et du monde tamil, ce constat est le même à l’échelle nationale. Zee Anmol, première chaîne hindie du pays, diffuse également des productions quasi exclusivement indiennes. Sur les dix chaînes les plus regardées en Inde, pas une seule n’émet en anglais.

Pourtant, l’Inde n’est pas une bulle hermétique à l’industrie audiovisuelle internationale. Le groupe Star India, qui possède quatre des sept chaînes les plus regardées dans le pays, est la propriété de la 21st Century Fox, elle-même rachetée par Disney il y a quelques mois. On note aussi que plusieurs chaînes appartenant au groupe Sony se hissent dans le top 10 des chaines les plus regardées. Là encore, ces grands groupes proposent en majorité des productions indiennes pour séduire l’audience du sous-continent.

L’évolution de MTV, la fameuse chaîne musicale américaine, est caractéristique de ce phénomène. Lancée en 1994 en Inde, la chaîne propose alors des shows musicaux américains. Face au manque d’audience, elle revoit sa grille deux ans plus tard pour proposer des contenus produits spécifiquement pour l’Inde. Et ça marche, puisqu’il s’agit aujourd’hui d’une des chaînes musicales les plus regardées, notamment par les jeunes.

Une passion pour les séries à l’indienne

Cependant, même si les productions sont indiennes, avec des scènes tournées au ralenti et des séquences de danse qui tranchent avec la production occidentale, on y retrouve des influences anglo saxonnes.

Ainsi, le “soap opera” fait les beaux jours de toutes les grandes chaînes indiennes. Ces séries à l’eau de rose racontant la vie sentimentale d’un groupe d’individus durant un nombre incalculable d’épisodes sont nées aux Etats-Unis dans les années 1960. Si le style a connu son apogée de l’autre côté de l’Atlantique dans les années 1970-80, le premier “soap opera”, Hum Log, n’arrive en Inde qu’en 1984. Il décrit le quotidien d’une famille moyenne indienne avec la volonté d’en tirer une morale, qui est détaillé par l’acteur principal à la fin de chaque épisode. Le genre s’implante ensuite véritablement dans les années 1990 et n’en finit pas de passionner les foules.

Là encore, ces séries sont totalement adaptées à la société indienne avec la présence de thèmes comme l’hindouisme ou les relations intercastes. Elles sont populaires car elles mêlent un univers bollywoodien et des scénarios moins formatés que les films. En effet, les soaps operas ne se limitent pas à la classique histoire d’amour impossible avec une fin heureuse et n’hésitent pas à évoquer les sujets sociaux. Cependant, ces séries se gardent le plus souvent de choquer le public et ont un ton plus moralisateur que dénonciateur

Game of Thrones pour une élite mondialisée

Si il existe bien des chaines qui diffusent du contenu occidental, elles ont une audience moindre car les codes sociaux qu’elles contiennent ne parlent qu’à une élite urbaine et connectée au reste du monde.

A l’instar des étudiants que l’on peut croiser sur un campus universitaire, les jeunes urbains confient un véritable attrait pour ces contenus occidentaux. Yogesh, passionné de cinéma et de séries, explique ainsi qu’il adore discuter de Game of Thrones avec les étudiants étrangers en échange à Chennai.

Et lorsqu’un débat s’ouvre parmi les étudiants sur la fin de How I Met Your Mother, les Indiens ne se font pas prier pour donner leur avis. Mais ils utilisent d’autres médias que la télévision pour les consommer. Il n’est ainsi pas rare de voir un étudiant à la cafétéria en train de regarder une sitcom américaine sur son smartphone.

Cependant, la télévision n’est pas totalement abandonnée par les jeunes. Dans ce pays où la famille est très importante, elle reste un média qui permet de rassembler le foyer. Pour ceux qui vivent encore avec leur famille, le fait de se retrouver le soir devant la télé reste un moment important, que ce soit pour regarder un télé-crochet ou un film bollywoodien. La télévision Made in India semble donc encore avoir de beaux jours devant elle.

Noé Bauduin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *