The way forward for Australia’s ocean of news

Tidy brown hair, average height and a confident gaze.  « Hello, I am Michael Heath, and I am your new anchor for the 7.30 Report. » It’s 1990, and Michael Heath is presenting the news on the national channel Australian Broadcasting Corporation (ABC) for the first time. You can tell the program is a little old-fashioned. The dark screen behind him contrasts with the bright, shiny TV sets of today. 

Michael Heath now works as a lawyer in Sydney. But  he accepted to take a trip down memory lane, to tell us about his former job and discuss the evolution of his profession.

Impression d'écran de l'émission 'The 7.30 Report' sur ABC - 15 janvier 2016. Crédits Photos : CrossWorlds/ABC

Screenshot of the current TV programm, ‘The 7.30 Report’ on ABC – 15 janvier 2016.

The media-man

In Australia, TV news programs are exercises in eloquence. They remind me of British TV, where there is a very specific way of reporting news. The reporter always looks extremely passionnate about what he is saying. The camera is in motion, to make us feel like we are there with him. News are more stories than pure facts.

Australia has had TV since the 1950’s. Michael tells us about the complexity and technicity of this innovative media at that time. « We had to film a story about an indigenous issue in a remote location in the Northern part of Australia« , he recalls. « Myself , the camera man and the sound recordist had to fly by helicopter and send the story to the main newsroom by satellite with only moments to spare before airtime« . Yes, « Australia is a big country« . 

 

And Internet rose

« The media has changed drastically since I left in 1991, with the growth of online journalism« , he goes on. « The existence and use of social media is the biggest game changer. » Social media was not available when he was a journalists. Michael points out the  great opportunities journalists today have to « interact with the public directly, via twitter, blogs and additional sources of pictures and video. » The information and debate go far beyond the article itself.

So far, this incredibly fast evolution has not been handled very well. « Many journalists in recent time have lost their jobs » although there are more and more students interested in journalism degrees.

New Beatsa reliable blog  focused on analysing Australian media,  confirms Michael’s intuition. Having a look at the « redundancies timeline », there are multiple notifications throughout 2015 of cuts within big media corporations, implying many job losses. FairFax Media, as an example, is mentioned 8 times for redundancies plans.

 

« The future of media : to become ‘brands’ « 

Australian media has to restructure itself. « The future of media lies in their ability to become ‘brands’ in themselves with followers on social media. » This is what we call the ‘twitterisation of journalism‘. With live news, real-time reports rather than long investigations.

Les journaux lancés par les postiers s'accumulent devant les maisons. Crédits Photos : CrossWorlds/Loïc Renaudier

Newspapers thrown by postmen are lying on the ground. Credits  : CrossWorlds/Loïc Renaudier

 

But there is a problem. « The speed of news often makes it difficult to check facts before broadcasting ». In November 2014, Australian newspapers announced that Australian fighter planes had been fired at by Jihadi soldiers in Irak. However, the army itself was not aware of such an attack. And this is only one example.

Information but also disinformation spread quicker with Internet. And in this ocean of news, journalists’ role has changed. « In the past journalists were gateways to the media for people wanting to convey a message« , Michael observes. « Nowadays, people who want to convey a message do not need access to journalists as they can do it themselves online. Therefore journalists need to find other ways to stay relevant. » And they can do so by becoming fact-checkers, by helping people to read and decrypt the news, by providing frameworks of understanding.

To Michael, this is not only about the format. Journalists can guarantee their future by focusing on different topics to help readers grasp today’s world. « The internet itself, personal security and privacy » are all new topics journalists have to study.

 

What about a completely new format ?

In newspapers kiosks you can always find the main titles- Sydney Morning HeraldThe Telegraph, The Australian, the Herald. The local press is also very present. But I am surprised not to find any satirical press.

« There are some small satirical papers, such as The Chaser », Michael explains to me later. « I think there are just not many people doing it and no money to be made doing it. » Is satirical press an innovative form of journalism to explore in Australia ?

The Australian press does not seem very diversified. The format is almost the same in every national or regional newspaper. This can be explained by the fact that « there are really a small number of newspapers owned by very few people, hence very powerful« . Michael gives me the example of Rupert Murdoch, « who is the primary owner of News Limited and is the major player in newspapers in this country« . Murdoch is the head of an empire – just like Elliot Carver in the James Bond movie ‘Tomorrow never dies’.

La presse-écrite est toujours d'actualité en Australie. Crédits Photos : CrossWorlds/Loïc Renaudier

Some readers will never defect. Credits : CrossWorlds/Loïc  Renaudier

 

However, considering all the newspapers I can see in the news-stand, on tables at cafés or even lying in a plastic bag on the street, I am still very confident in the future of press in Australia. As shown by the Neswpaperworks, « newspapers are the most trusted paid medium in Australia, ahead of TV, radio and online« . Which might explain why cats are such loyal readers of Australian press.

 


TRADUCTION


Cheveux bruns, de taille moyenne, le regard confiant, la mine enjouée. « Bonjour, je suis Michael Heath, votre nouveau presentateur du ‘7.30 Report’. » C’était sa première présentation du ‘7.30 Report’, en 1991. Le fond noir derrière lui contraste réellement avec tous les écrans lumineux qu’on peut voir aujourd’hui.

L’ambiance n’est pas la même. Avant cela, il a été reporter pour différentes chaînes de télévision, comme la nationale ABC. Aujourd’hui, il exerce ses talents de communication en tant qu’avocat à Sydney. Et a son avis sur l’évolution des médias australiens.

L’homme de télé

Les chaînes d’information en Australie ont quelque chose de spécial, qui me rappelle les Britanniques de la BBC et leur éloquence. Une sorte d’exercice d’art oratoire. Le reporter nous emmène avec lui, partage véritablement son moment avec le téléspectateur.

L’apparition de la télé en Australie remonte aux années 50. Michael insiste sur la complexité et l’aspect technique que ce nouveau média impliquait à l’époque – et toujours maintenant. « Une fois, on devait filmer un sujet sur les indigènes, dans un coin recule du Nord de l’Australie« , se rappelle t il. « Le cameraman, le perchiste et moi-même sommes allés sur place en hélicoptère, et on n a pu envoyer le sujet a la rédaction que quelques minutes avant notre vol. » Oui, « l’Australie est un vaste pays. »

L’epopée d’internet

« Les médias ont radicalement changé après que je sois parti en 1991. Notamment avec le développement de nouvelles formes de journalisme en ligne », me confirme-t-il. Même s’il n’a pas pu en bénéficier personnellement, Michael souligne que c’est une immense opportunité pour les journalistes « d’interagir directement avec les lecteurs, via Twitter ou un blog« . Le débat se poursuit en dehors du simple article.

Cette évolution d’une rapidité époustouflante a pris de court les médias, bien trop ancrés dans la presse papier. « Beaucoup de journalistes se sont retrouvés au chômage récemment » mais toujours autant d’étudiants se lancent dans la voie du journalisme.

New Beats, un blog très sérieux d’analyse des médias australiens, confirme l’intuition de Michael. ‘La frise des licenciements’ indique bien de multiples coupes budgétaires au sein des groupes de média au cours de l’année 2015. Et donc des pertes d’emploi. Chez FairFax Media, c’est un total de 8 plans de restructuration.

« Le futur des medias : devenir des marques »

Alors que changer dans ce milieu en difficulté ?

« Le futur des journalistes tient dans leur capacité à devenir des ‘marques’ en tant que telles, avec des followers sur les réseaux sociaux ». Ce phénomène se cache derrière le terme de ‘twitterisation’, assez transparent. L’information en direct est désormais reine, et les longs reportages chassés de la cour.

« La vitesse d’information rend difficile le travail de vérification factuelle » enchaîne Michael, perplexe. Un exemple de 2014, quand tous les journaux nationaux annoncèrent en choeur l’attaque d’avions australiens par des soldats djihadistes en Irak – alors que même l’armée n’était pas au courant.

«  Avant, les journalistes étaient la passerelle pour les personnes souhaitant s’exprimer dans les médias. Mais maintenant, ces mêmes personnes peuvent le faire d’elles-mêmes. Le journaliste doit donc trouver d’autres manières de rester utile et nécessaire » termine-t-il sa réflexion. Comme vérifier les faits, aider le lecteur à lire et à comprendre les informations en les décryptant.

Pour lui, ce n’est pas qu’un travail de forme. Le futur des journalistes passe par le traitement de nouveaux thèmes. « Internet lui-même, la sécurité ou encore la vie privée. »

Et si le format changeait totalement ?

Dans n’importe quel magasin, il est facile de trouver les principaux journaux nationaux et régionaux – Sydney Morning Herald, The Telegraph, the Australian, the Herald. Mais aucune trace de presse satirique. Et ça n’a pas l’air de déranger les vendeurs à qui je pose la question.

« Il y a vraiment très peu de presse satirique ici », m’explique Michael un peu plus tard. « Je pense que qu’il n’y a juste pas de tradition satirique dans la société australienne. Pourtant je trouve le contenu pertinent – comme dans The Chaser par exemple. C’est une question de moyens, probablement ».

Voilà une nouvelle forme de journalisme qui pourrait changer le paysage peu diversifié de la presse australienne. Les journaux ont tous plus ou moins la même tête, la même manière de traiter l’information. Ceci s’explique par le nombre très réduit de journaux et la situation quasi-monopolistique des propriétaires. « Ici, il y a Rupert Murdoch qui est le propriétaire de News Limited et véritablement un homme puissant dans le milieu des médias. » Ce magnat des médias – qui me rappelle Elliot Carver dans le James Bond ‘Demain ne meurt jamais’ – est justement en passe de léguer son empire.

En même temps, le nombre de journaux dans les kiosques, sur les tables de cafés ou bien dans la rue en attendant d’être ramassés par leurs lecteurs, est un bon présage pour le future de la presse en Australie. Newspaperworks  l’a dit : « c’est le média payant auquel les Australiens font le plus confiance, bien devant la télé ou la radio. » Le lectorat est toujours là – emmené par les chats, les plus fidèles lecteurs de la presse australienne.

 

Loïc Renaudier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *