Super Tuesday à Santa Barbara : « Je suis mexicain. Mais si je pouvais, j’adhérerais au parti des Républicains »

À l’occasion du Super Tuesday (étape décisive de la campagne des primaires américaines), notre correspondante en Californie nous livre une série de portraits. Découvrez ces « Humans of Santa Barbara », des étudiants de l’université californienne de Santa Barbara, qui prennent la parole.

Carlos, étudiant en philosophie, 4e année

S'il pouvait, Carlos adhérerait au parti des Républicains. Crédits photo : CrossWorlds/Marie Jactel

S’il pouvait, Carlos adhérerait au parti des Républicains. Crédits photo : CrossWorlds/Marie Jactel

 

« Je ne suis pas citoyen américain. Je suis Mexicain. J’ai émigré aux Etats-Unis quand j’avais 7 ans parce que mon père est un ambassadeur. Mais si je pouvais adhérer à un parti alors je serais probablement membre des Républicains.

Ils voient le rôle des institutions publiques différemment des Libertariens. Ils se préoccupent par exemple de la famille, de l’avortement, thèmes auxquels j’accorde beaucoup d’importance. Ce sont définitivement ces questions qui m’ont conduit à la politique.

Bien sûr, mon père est un politicien de carrière, mais on n’est pas d’accord sur certains enjeux comme l’économie. J’aime l’idée d’un marché libre. Par contre, dans ma famille on s’entend parfaitement sur les questions sociales : mariage, avortement, 2e amendement qui autorise le port d’armes. Peut-être parce qu’au Mexique l’environnement est catholique et conservateur.

« C’est le groupe le plus controversé du campus, mais je m’en fous. »

Je suis président de l’Anscombe Society à UCSB, l’université de Santa Barbara. Le nom rappelle celui de la philosophe britannique catholique Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe qui écrivit sur la nécessité d’une éthique sexuelle traditionnelle. Elle défendait ardemment les valeurs familiales les plus rigoristes. Et nous, on y défend le mariage naturel et la morale sexuelle traditionnelle. C’est le groupe le plus controversé du campus mais je m’en fous. J’écris aussi pour des sites et journaux conservateurs. Par exemple, je contribue de temps en temps au Daily Wire de Ben Schapiro.

Je crois que les jeunes doivent s’engager même s’ils le font souvent mal. Si on prend son devoir civique au sérieux, alors l’engagement politique est inévitable. Il faut contribuer au bien commun.

« Ted Cruz rejette l’idéologie de la Cour Suprême »

Ted Cruz est mon candidat préféré actuellement. Je suis d’accord avec lui sur presque tout. En fait, je lutte même pour trouver des points de désaccord ! Il veut limiter le gouvernement – mais pas autant que Rand Paul –, il prend la Constitution au sérieux, il a les mêmes valeurs sur les enjeux sociaux. Surtout, il rejette l’idéologie de la Cour Suprême. Ce que beaucoup de Républicains oublient c’est que la Cour Suprême ne devrait pas avoir le dernier mot sur tout. C’est contraire à la Constitution et c’est notre devoir civique de s’opposer à cette façon d’agir illégitime.

Cruz est le candidat le plus conservateur en lice mais il est en compétition avec Rubio et les voix sont dispersées entre eux deux. Pour que Cruz ait une chance contre Trump, il faudrait que tous les autres disparaissent. Du coup je suis plutôt pessimiste pour demain. »

Propos recueillis par Marie Jactel

Parcourez notre série de portraits et rencontrez également Jason, le libertarien qui soutient « l’outsider politique » Bernie Sanders et Eric, le républicain qui est attiré par « le politiquement incorrect » de Donald Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *