Archives du mot-clé Allemagne

Courir de nuit pour faire avancer la recherche contre la paralysie

Dans une cinquantaine de villes du monde, la course Run in the Dark, parrainée par le célèbre athlète Mark Pollock, a été organisée pour lever des fonds. Notre correspondante en Allemagne a assisté à celle de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne.

Alors que la nuit est largement tombée et qu’il ne fait que six degrés, une cinquantaine de coureurs francfortois se sont retrouvés au bord du Main, mercredi 15 novembre. Ils ne se connaissent pas encore mais ce soir ils ont tous pris rendez-vous pour la même cause.

PHOTO Point de ralliement avant la course sous un pont de Francfort-sur-le-Main. © CrossWorlds/ Pauline Dumortier

Point de ralliement avant la course sous un pont de Francfort-sur-le-Main. © CrossWorlds / Pauline Dumortier

« Je veux marcher de nouveau »

Courir pour faire avancer la recherche d’un traitement contre la paralysie. Cette initiative est parrainée par Mark Pollock, à l’histoire devenue symbolique.

La vie de cet athlète nord-irlandais bascule à ses 22 ans lorsqu’il devient aveugle après un décollement de rétine. Malgré son handicap, Mark poursuit ses rêves et part notamment dans le désert de Gobi et au Pôle Nord pour réaliser des treks. En 2010, sa vie bascule une deuxième fois. Il fait une grave chute qui entraîne sa paralysie. Cet acharnement du sort ne l’arrête pourtant pas. Aujourd’hui « entouré d’une équipe », il participe à des expérimentations médicales dans l’espoir de retrouver sa motricité. Dans une vidéo qui retrace son parcours, Mark Pollock fait savoir qu’il veut relever le challenge de « marcher à nouveau ». 

La course « Run in the Dark » est organisée dans cinquante villes. La participation et les dons de milliers de coureurs permettent de récolter des fonds. Le 15 novembre, elle a eu lieu à Francfort-sur-le-Main. Dans cette ville, l’événement dit « pop up »  reste de petite envergure, offrant ainsi la possibilité de courir « sans pression liée au chrono », d’après Julien, un coureur français qui y participe.

« Pas de pression »

Car ce soir, pas de dossard. Les coureurs ont le choix entre un parcours de 5 ou de 10 km sans enregistrement de chronomètre. L’organisation est simplissime, pas de départ officiel et seules quelques flèches au sol indiquent le parcours à suivre. L’ambiance n’est pas à la compétition.

Les coureurs foulent les bords du Main avec un brassard clignotant. S’il est symbole d’unité, il permet aussi de se repérer et d’éclairer la nuit noire de Francfort. Roze, Robin Hugo, Daniel, Ciara, Cliona et leurs amis ont même acheté des guirlandes lumineuses pour l’occasion. Impossible de les louper ! Les sept coureurs se sont inscrits dès le mois de septembre et sont venus très motivés, « c’est vraiment sympa d’y participer entre amis ». Certains d’entre eux ont même opté pour la version longue (10 kilomètres).

Daniel, Ciara, Robin Hugo, Roze, Andrea, Andreas and Cliona avant le départ. Bords de Main, Francfort-sur-le-Main. ©CrossWorlds/Pauline Dumortier

Daniel, Ciara, Robin Hugo, Roze, Andrea, Andreas and Cliona avant le départ. Bords de Main, Francfort-sur-le-Main. © CrossWorlds / Pauline Dumortier

 

Selon Niamh Haughey, l’organisatrice de la course à Francfort, « chaque année, 500 000 personnes sont paralysées. Vivre en fauteuil augmente le risque de développer certaines maladies (thromboses notamment) et engendre une mort prématurée. »

« Depuis le lancement de ‘Run in the Dark’ il y a quatre ans, nous avons déjà fait d’importants progrès. La recherche porte ses fruits et permet à certaines personnes paralysées de retrouver peu à peu leur motricité grâce à des jambes bioniques notamment. Mark Pollock, a récupéré 10% de ses capacités motrices. »

D’après le magazine l’Obs,  il est le premier homme à avoir obtenu un exosquelette : un squelette externe développé entre autres par la firme Ekso bionics, permettant à une personne paralysée de remarcher et l’utilise plusieurs heures par jour.

Photo de groupe avant le départ de la « Run in the Dark », Francfort-sur-le-main. © CrossWorlds/ Pauline Dumortier

Photo de groupe avant le départ de la « Run in the Dark », Francfort-sur-le-main. © CrossWorlds /  Pauline Dumortier

 

Niamh Haughey est venue spécialement pour l’occasion d’Irlande, berceau de l’organisation. Elle fait un bilan positif de la course : « L’événement est réussi même si on attendait un peu plus de participants. Il est très important de faire l’effort de réorganiser cette course chaque année. Pour cette édition, on avait 70 inscrits qui ont tous participé à hauteur de 25 euros, c’est déjà super ! »

L’objectif pour cette année était de récolter 500 000 euros. Les chiffres ne sont pas encore tombés mais une chose est sûre, ce soir à Francfort-sur-le-Main, tout le monde était vainqueur. Mark Pollock a remercié les participants sur la page facebook de l’évènement « Run in the Dark » et du côté des coureurs, le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine.

Pauline Dumortier

 

Macron en Allemagne : notre petite pièce de théâtre

Assister à une conférence politique, c’est un peu comme voir une pièce de théâtre : des têtes d’affiches prisées des organisateurs, des répliques qui s’enchaînent, prévisibles, un soupçon d’improvisation, des idées devenues images et de vaillantes équipes techniques en coulisses. C’est avec cette idée en tête que notre correspondant en Allemagne a écrit ce compte-rendu d’une discussion intitulée “Le futur de l’Europe” organisée à Berlin le 16 mars 2017 entre Jürgen Habermas, Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel.

Seuls certains extraits de la conférence, qui a duré une cinquantaine de minutes, ont été repris. Les paroles des intervenants ont été modifiées formellement (traduction et versification) mais restent fidèles au fond de leurs propos. Enfin, un personnage imaginaire, la Mauvaise Foi, commente la représentation.

HABERMAS, MACRON, GABRIEL ET LE FUTUR DE l’EUROPE

Comédie

Mars 2017. Une école de politique a convié trois figures prestigieuses, Jürgen Habermas, Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel, à s’exprimer sur le futur de l’Europe.

ACTEURS

LE PRÉSIDENT DE L’ÉCOLE, introduit les trois invités
LE MODÉRATEUR, vice-président de l’école, pose des questions à chacun, en allemand, en français ou en anglais. Sa modération est très discrète, les trois invités étant d’accord entre eux.
JÜRGEN HABERMAS, philosophe allemand
SIGMAR GABRIEL, ministre allemand des affaires étrangères
EMMANUEL MACRON, candidat à l’élection présidentielle française
LA MAUVAISE FOI, observe et commente la discussion

La scène est à Berlin.

 

csm_Gabriel_Macron_Habermas_Which_future_for_Europe-3.2_2074f474d0

De gauche à droite : M. Gabriel, M. Macron, M. le modérateur et M. Habermas. Jeudi 16 mars 2017. Photo publiée avec l’autorisation de Hertie School

 

LE PRÉSIDENT DE L’ÉCOLE
(Affectant un air grave, il détache chaque syllabe d’un ton cérémonieux)
Mesdames et Messieurs, j’ai le grand privilège
D’accueillir aujourd’hui trois hôtes distingués
Pour parler de l’Europe, car elle se désagrège,
En proie à la montée de terribles idées.
Le populisme gronde aux portes de l’Union !
Nombreux sont-ils ceux qui, radicaux et instables,
réclament un changement, d’autres institutions !
L’incertitude est là, qui rôde, irrémédiable,
En attestent amplement les succès du Brexit,
de Trump, et le dur sort des migrants en transit.
Le climat politique souffre de turbulences :
Les prochaines élections en Allemagne, en France
se profilent à l’instar d’orages menaçants.

LA MAUVAISE FOI
Qu’en d’admirables termes on parle du beau temps
Et de la pluie ! Vraiment, la conduite des Affaires
Et le flash météo ont ça de similaire,
Qu’à grand renfort de gestes on y brasse du vent.

(Le Président continue, évoquant pêle-mêle l’austérité, l’anti-intellectualisme qui sévit à l’ère de la post-vérité et plus généralement l’ensemble des problématiques qui apparaissent avec la mondialisation. Il enjoint la future génération de décideurs à s’engager intellectuellement et politiquement et à se saisir de ces formidables challenges.)

JÜRGEN HABERMAS
(En allemand. Après les remerciements d’usage, il commente le mouvement “En Marche !”)
Emmanuel Macron a osé traverser
La ligne rouge qui, très sainte et révérée,
depuis Quatre-vingt-neuf jamais ne fut franchie !

LA MAUVAISE FOI
Jürgen peut être vieux, point de secret ici,
Mais s’agissant d’Histoire on peut lui faire confiance
Il en a vu beaucoup depuis sa prime enfance.

JÜRGEN HABERMAS
Droite et gauche jusque-là étaient inconciliables,
Clivées, dans une impasse !

LA MAUVAISE FOI
Oh ! C’est incontestable !
Les alternances produisent des cataclysmes :
Qu’au pouvoir soit la droite ou bien le socialisme,
Quel saisissant contraste ! Je plaisante bien sûr,
Et sais pertinemment, qu’entre gauche et droite dure
La frontière n’est plus, depuis belle lurette !
Pour ma part je veux bien féliciter Macron
De nous débarrasser de vieillottes étiquettes
Mais certainement pas pour sa Révolution.

JÜRGEN HABERMAS, à propos du futur de l’Europe
Les peuples européens resteront incapables
D’ensemble décider ce qui leur est souhaitable
Tant qu’il ne seront pas impliqués plus à fond
Dans le processus de prise de décisions !
Trop longtemps confinés aux universitaires
Les sujets décisifs ne doivent plus se taire,
Mais être débattus sur la place publique.
Élites! Ayez confiance en la masse civique !
Que chacun comprenne les différentes options.
Quitter la zone euro, approfondir l’Union
(après tout pourquoi pas !) Les choix dont on dispose
Ne pourront être faits qu’en connaissant la chose.

LA MAUVAISE FOI
Ainsi, dis-tu, il faut que les classes régnantes
Cessent de décider pour les masses ignorantes ?
Tu fais bien de tenir pareille logorrhée
Dans l’enceinte cloîtrée d’une école privée
Devant six-cent cravates aux reflets noirs, sinistres,
Une nuée d’officiels et deux sombres ministres !

(En écho aux flatteries d’Habermas, Macron se voit rappeler par le modérateur (en français) qu’il est le seul politicien qui ait le courage de mêner la politique qu’il faille à la France.)

EMMANUEL MACRON
Merci de me laisser m’exprimer en français,
Vous savez ô combien je chéris cette langue !

LA MAUVAISE FOI
Que cache cet amour soudain pour Rabelais ?
Son anglais serait-il totalement exsangue ?
Le bougre s’en sort bien ! Moi qui me figurais
Qu’être moderne allait de pair avec l’anglais !

EMMANUEL MACRON
L’Europe, aussi, c’est savoir la langue d’autrui.

LA MAUVAISE FOI
Tant que l’autre c’est toi, pas de souci pardi !

csm_Gabriel_Macron_Habermas_Which_future_for_Europe-1_a47d165d38

Quel futur pour l’Europe ? Discussion à la Hertie School en Europe avec Emmanuel Macron, Jürgen Habermas, Sigmar Gabriel et M. le Modérateur. Photo publiée avec l’autorisation de Hertie School


EMMANUEL MACRON, sur le fond
Pour moi l’Europe est mue par l’envie et l’ennui.
Le rejet de Lisbonne, il est clair, nous a nui !
Rien ne se passe plus dans l’Union depuis lors :
Voilà dix ans déjà que le désir est mort !
Combattons la routine et relançons le couple
Franco-allemand.

LA MAUVAISE FOI
Tu devrais battre ta coulpe
Plutôt que de filer de laides métaphores !
Tu décries l’absence de réformes et d’efforts
Ces dix dernières années, pourtant rappelle-t-en,
Tu fus à l’Elysée puis à Bercy quatre ans
Et n’y réussis guère ! Aussi épargne-nous
Psychologie de couple et trucs à quatre sous.

EMMANUEL MACRON
Il faut réconcilier responsabilité
et justice sociale !

LA MAUVAISE FOI
Que veut-il suggérer ?
On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé,
Comme dirait Molière, dont le théâtre au moins
Fait rire de bon cœur plus qu’il ne rend chafouin.

EMMANUEL MACRON
Je veux dire par là que trop peu de réformes
En Europe sont prises, faute de récompenses ;
Or sans prime au sérieux, l’inertie est énorme !
L’impulsion doit venir d’Allemagne et de France
Et les autres pays s’y joindre avec entrain.
Il n’est pas juste que des actes responsables
D’attitudes égoïstes aient à subir le frein.

LA MAUVAISE FOI
Pitié Emmanuel, arrête donc tes fables,
Je vois clair dans ton jeu ! Tu loues les bons élèves
Mais à la vérité, tu dis “marche ou bien crève”
Aux petits de l’Union. Sois sincère ce soir,
Et dis tout net aux Grecs qu’ils aillent se faire voir !  
De la justice, dis moi, qui fit ton instruction,
Et d’où donc tires-tu cette étrange acception ?
Viendrait-ce de ce dicton tiré d’un autre auteur :
“La raison du plus fort est toujours la meilleure” ?

EMMANUEL MACRON
Avec moi au pouvoir, France, je te promets
Que tu regagneras ta crédibilité !
Le retard sur l’Allemagne sera comblé.

LA MAUVAISE FOI
Que n’as-tu fait cela depuis ton Cabinet ?
Les Allemands sont-ils concurrents ou alliés ?
Je ne comprends plus rien à tes billevesées.
Le récit de l’Europe n’est pas une mince affaire,
Mais l’incohérence du tien nous exaspère !

Emmanuel Macron et Jürgen Habermas, jeudi 16 mars 2017. Photo publiée avec l'autorisation de Hertie School

Emmanuel Macron et Jürgen Habermas, jeudi 16 mars 2017. Photo publiée avec l’autorisation de Hertie School

SIGMAR GABRIEL
Le succès de l’Union exige une narration
Plus optimiste et saine au coeur des Nations,
Particulièrement chez nous autres Allemands.
De ce récit meilleur, tout l’avenir dépend.
Convainquons l’Allemand que l’Europe lui est bonne !
Nous contribuons plus que les autres pays,
Oui, mais en y gagnant ! Car l’argent que l’on donne
Nous procure en retour de conséquents profits,
L’industrie s’enrichit, en Europe elle s’étend !

LA MAUVAISE FOI
Parle-t-on de récit ou bien de politique ?
L’histoire est bonne à dire à un public allemand ;
Mais fera-t-elle rire aux bords adriatiques ?
A l’Est, agitera-t-on ses zygomatiques ?
Et puis l’Europe est-elle union économique,
Ou bien marché livré à des conquistadors,
Fossoyeurs d’équité juchés sur un tas d’or ?

SIGMAR GABRIEL
Il nous faut entreprendre et beaucoup réformer.
L’Allemagne, en exemple, a beaucoup dépensé
Dans les renouvelables et le social aussi.
Des plafonds de la dette, et oui, nous fîmes fi !
Voici ce qui permit de sauver Germanie
Qui n’est pas cet as de l’austérité qu’on dit !

LA MAUVAISE FOI
Pour l’Allemagne, point de règles européennes ?
À pareil catéchisme il nous faut dire amen.
L’Europe à deux vitesses a Sigmar pour apôtre :
Relance pour les riches, famine pour les autres !

SIGMAR GABRIEL, sur la question de la solidarité entre pays membres
Socialiste moi-même et démocrate en sus,
La solidarité ne m’est pas inconnue.

(L’audience rit)

LA MAUVAISE FOI
Le voilà maintenant, seul, qui se paie sa tête
Je ne sais plus au juste pourquoi je m’embête !
Après tout je n’ai rien de Mauvais que la foi,
Quand ces politiciens le sont de haut en bas !
Vous êtes forts messieurs, je tire mon chapeau
Et quitte net la place ! Abaissez le rideau !

(Le médiateur demande à M. Macron de clore la discussion en exposant la première mesure européenne qu’il prendra s’il est élu, en une phrase. S’ensuit un long monologue. Les applaudissement retentissent. La salle se vide. Le spectacle continue dans le hall, où attendent Jean-Pierre Elkabbach et trois grosses caméras.)

Gabriel Goll

L’intégralité de la conférence (non versifiée) est à retrouver sur ce site : https://www.hertie-school.org/en/events/event-highlights/2017/which-future-for-europe/