Archives du mot-clé réactions

Donald Trump Président : qu’en pensent les voisins ? Réponses au Mexique

Florilège des réactions de citoyens de Mexico City. Hommes, femmes, vendeur de tacos, professeurs universitaires, ils ont accepté de partager leurs émotions, pensées et ressenti à l’annonce du résultat des élections états-uniennes.

Trump, la nouvelle mode pour les piñatas d’anniversaires. Crédits : flickr/CC/torbakhopper

Trump, la nouvelle mode pour les piñatas d’anniversaires. Crédits : flickr/CC/torbakhopper

 

Marco de la Vega, 26 ans, travaille pour une industrie de boissons énergétiques de Coca-Cola.

« Nadie lo quería creer y pues yo tampoco. Pero en el fondo lo sabía, creo que el ser humano tiene una tendencia natural hacia la dominación. Va a ser el primero millonario a vivir en la Casa Blanca, donde antes vivía una familia negra. Pero el drama no es tanto su elección pero lo que refleja, que vivimos en un mundo dominado por el racismo, la violencia y el rechazo del otro. »

En français. « Personne ne voulait y croire et, naturellement, moi non plus. Mais au fond je le savais car pour moi l’être humain a une tendance naturelle à vouloir dominer. Il sera le premier millionnaire à vivre dans la Maison Blanche, où avant vivait une famille noire. Cependant le drame n’est pas tant son élection en soi, mais dans ce qu’elle reflète : nous vivons dans un monde régi par le racisme, la violence et le rejet de l’autre. »

 

Manuel Castillo Menezes, 45 ans, technicien de surface.

«Creía que Hillary iba a ganar. Ahora tengo un poco de incertidumbre, veremos si se va a portar bien con nosotros este señor. Yo solo pienso en mis familiares y amigos en California, algunos no tienen papeles, y siento un poco de temor. »

En français. « Je croyais qu’Hillary gagnerait. Maintenant je suis un peu perdu, on verra s’il se comporte correctement envers nous, ce monsieur. Je pense surtout à ma famille et mes amis en Californie, certains n’ont pas de papiers, et j’ai un peu peur. »

 

Sofía Villella Romero, 20 ans, étudiante en communication

« Hasta las 9h30 todo se veía equilibrado así que estábamos confiados en la victoria de Hillary, pero luego estados empezaron colorearse a favor de Trump. Me dieron ganas de llorar, sentí desconcierto e impotencia. Hasta qué punto un demagogo puede llegar a manipular las personas? A principio me imaginé lo peor, pero el Trump que conocimos, que se promocionó a través un discurso inventado de odio para llamar atención de los blancos que odian a los extranjeros no será el Trump electo. Sus propuestas son irracionales y me extrañaría que pasan por el congreso. Es un empresario y algunas propuestas irrealizables como construir  el muro o pelearse con China lo harían perder sus clientes, no sé si realmente lo va a hacer. »

En français. « Jusqu’à 9h30 tout était équilibré, donc nous demeurions confiants dans la victoire d’Hillary, puis plusieurs Etats ont commencé à se teinter d’une couleur favorable à Trump. J’ai eu envie de pleurer, je me suis sentie déconcertée et impuissante. Jusqu’où un démagogue peut réussir à manipuler les gens ? Au début, je me suis imaginée le pire, mais le Trump qu’on connaît, promu par un discours de haine créé pour capter l’attention des blancs qui haïssent les étrangers – ne sera pas le Trump élu. C’est un homme d’affaire et ses propositions irréalisables comme de construire un mur ou de se mettre à dos la Chine lui feraient perdre ses clients, je ne sais pas si il le fera réellement. »

 

Rúben Aguilar, analyste et coordinateur de communication gouvernementale de l’Etat mexicain.

« No me sorprendí con la elección. Las encuestas ya no funcionan. Hace 20 años 90 % de los interrogados respondían se lograba por eso se podía tener muestras representativas pero hoy hay una taza de rechazo superior al 90 por ciento. En este caso en particular en Estados-Unidos quien apoyaba a Trump era ante-establishment y probablemente no querían responder a medios de comunicación que consideraban a favor de  las instituciones envés de apoyar a Trump. Ahora qué tipo de presidente va a ser no lo puedo decir. Cuando alguien llega a la presidencia de un país y tiene una experiencia política podemos saber a qué esperarnos por haber visto esta persona como diputado o senador. Pero Donald Trump no tiene trayectoria política, absolutamente ninguna experiencia. Y como empresario no ha sido tan bueno, fue muy intolerante y especializado en declarar bancarrota de sus empresas. Su mayor éxito fue en evadir el pago de impuestos corporativos en Estados-Unidos… Su primer discurso fue moderado y conciliador y espero que siga este modelo. »

En français. « Je n’ai pas été surpris par les élections. Les enquêtes ne fonctionnent plus. Dans ce cas particulier aux Etats-Unis, ceux qui soutenaient Trump étaient anti-establishment et n’ont probablement pas voulu répondre aux sondages des médias qu’ils considéraient en faveur des institutions. Maintenant je ne peux pas dire quel type de président il sera. Quand quelqu’un arrive à la présidence d’un pays et a de l’expérience politique, il est possible de savoir à quoi s’attendre car on l’a vu travailler en tant que député ou sénateur. Mais Donald Trump n’a pas de trajectoire politique, absolument aucune expérience. En tant que chef d’entreprise il n’a pas été bon non plus, le spécialiste pour déclarer la faillite de ses entreprises. Son premier discours présidentiel fut modéré et conciliateur, et j’espère qu’il suivra ce chemin. »

 

Marcial Lara, 63 ans, commerçant

« Obama lo tachaban de muy buena gente pero nunca fue buena gente con las deportaciones y con el muro que continuaba construyendo. Creo que Trump fue sincero y por eso ganó las elecciones. También creo que necesitaban una persona agresiva ya que China y Russia están amenazando pasar a Estados-Unidos.  Creo que no debemos tener miedo porque más malos no podemos quedar. No hay seguridad, no hay salud, no hay infraestructura. »

En français. « On disait qu’Obama était un type bien mais il n’a jamais été un type bien quand on pense aux reconductions à la frontière. Je pense que Trump a été sincère, et pour cela il a gagné les élections. Ils avaient besoin d’une personne agressive vu que la Chine et la Russie menacent de dépasser les Etats-Unis. Je pense qu’on ne doit pas avoir peur car notre situation ne peut pas empirer. Au Mexique, il n’y a pas de sécurité, pas de santé, pas d’infrastructure. »

 

David Martinez, 18 ans, lycéen en classe équivalente à la Première.

« Hicieron un trabajo formidable para ultrapasar México y lograr tener el presidente más estúpido del mundo. Eligieron  a un humpa-lumpa más grande que la norma, pero igual de pendejo. Si esto pasó en Estados-Unidos, que va a pasar aquí? »

En français. « Ils ont fait un merveilleux travail pour surpasser le Mexique et réussir a avoir le président le plus stupide du monde. Ils ont élu un humpa-lumpa plus grand que la moyenne mais tout aussi con. Si ça a pu se passer aux Etats-Unis, qu’est ce qui va se passer ici ? »

 

Fernanda Montaño, 34 ans, psychanalyste.

 « Si hoy los mercados financieros amanecen nerviosos es por pura especulación y va pasar. La pregunta fundamental es : de todo que prometió Trump durante su campaña como echar abajo el tratado de libre comercio, sacar los inmigrantes indocumentados o levantar el muro, cuanto es lo que realmente va a poder hacer una vez en la Casa Blanca? »

En français. « Aujourd’hui les marchés financiers sont nerveux mais ce n’est qu’un produit de la spéculation et ça va passer. La question fondamentale est : de tout ce que Trump a promis pendant sa campagne comme de supprimer le traité de libre échange, renvoyer tous les immigrants sans papiers ou ériger le mur, que va-t-il réellement pouvoir faire une fois à la Maison Blanche? »

 

Maria-Yvonne Murillo, professeure universitaire d’Affaires Publiques.

« Fue un voto de castigo para los demócratas. En relación a reformas que hizo Obama  pero sobretodo contra Hillary Clinton que nunca fue aceptada. Tenía resultados ridículamente inferiores a los de Obama. Muchos la veían como representante del sistema establecido que sienten poco equitativo. Pero la otra parte de los electores es nacionalista y racista, personas que se sienten amenazados por trabajadores de acá o de otros países. Es un voto de rechazo a la globalización por parte de personas con poca educación que no entienden sus beneficios. Y mirando el rechazo al tratado de paz en Colombia, las manifestaciones anti-democráticas en Brasil, el Brexit en Reino-Unido, la elección de Trump solo hace parte de la radicalización del mundo actual. No estoy ni un poco optimista en relación a las elecciones a venir, que sea en Europa o en América Latina. »

 En français« Ce fut un vote-punition contre les démocrates. Par rapport aux réformes d’Obama mais surtout contre Hillary Clinton, qui n’a jamais été acceptée. Beaucoup la voyaient comme représentante du système établi et perçu comme peu équitable. Mais l’autre partie des électeurs est nationaliste et raciste, des personnes qui se sentent menacées par des travailleurs d’ici ou d’autres pays. C’est un vote de rejet de la mondialisation de la part de personnes qui n’en comprennent pas les bénéfices. Et en regardant le rejet du traité de paix en Colombie, les manifestations anti-démocratiques au Brésil, le Brexit au Royaume-Uni, l’élection de Trump est juste encore une partie de la radicalisation du monde actuel. Je ne suis pas du tout optimiste vis-à-vis des élections à venir, que ce soit en Europe ou en Amérique Latine. »

 

Propos recueillis par Helena Magnan Coelho, pour CrossWorlds.

 

13 Novembre 2015 – Les réactions dans les pays de nos correspondants

Pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris, nos correspondants ont rapporté, chacun à leur manière, les réactions diverses observées dans leur pays d’accueil.

[accordion  clicktoclose=true]

[/accordion]

 

Charlie Hebdo – Les réactions dans les pays de nos correspondants

Hier, face à l’attentat au siège du journal Charlie Hebdo, face au crime, les réactions ont été variées. La stupeur, l’indignation, la peur, le refus d’avoir peur, la révolte, la hargne, la prise de recul, la crainte d’instrumentaliser… Au sein de notre rédaction, Français à travers le monde, on a voulu montrer notre solidarité, à notre manière et à notre échelle. Davantage pour soulager notre peine que par espoir d’avoir un vrai impact ; mais puisque vous lisez cet article, nous avons déjà remporté une manche.

P1050081

Photo prise lors du rassemblement place de la République à Paris, le 7 janvier 2014. Crédits photo : CrossWorlds/Clara Wright

 

Le moyen de le faire restait à déterminer : nous sommes 18 et ne réagissons pas de la même manière.  Alors comment exprimer la parole de « CrossWorlds » quand celle-ci se revendique plurielle, et l’est, une fois de plus ? Les faits nous sauvent. Laissons-les exprimer le frisson mondial, s’il existe. Certains de nos correspondants ont listé les réactions dans leur pays d’accueil.

Au Canada

La réaction canadienne n’a pas tardé suite à l’attaque de Charlie Hebdo. « Le Canada ne se laissera pas intimider et continuera à lutter avec fermeté contre les terroristes. Les Canadiens se tiennent aux côtés de la France en ce jour sombre » a déclaré le premier ministre Stephen Harper. Dans un pays encore choqué par le récent meurtre en plein jour de deux soldats à Ottawa, cette tuerie sonne comme un rappel amer « qu’aucun pays n’est complètement protégé contre ce genre d’attaques terroristes » a poursuivi le premier ministre canadien. A Vancouver, où je vis, une veillée est organisée ce jeudi 8 janvier devant la galerie d’art. Les marches de la galerie sont connues pour accueillir les rassemblements politiques importants.

Les réactions de soutien se sont aussi manifestées dans les rangs des dessinateurs de presse, solidaires de leurs confrères abattus crayon au poing.

Terry Mosher, dessinateur pour la Montreal Gazette, le quotidien anglophone de Montréal:

image(1) image

Hadrien

En Australie

Ici, des dessinateurs ont aussi montré leur solidarité. Dont David Pope, dessinateur pour le Canberra Times avec son dessin « Il a dessiné en premier ».

Chloé

En Turquie

Le gouvernement turc a condamné en bloc l’attentat, le qualifiant de “sauvagerie inacceptable” qui, dit-il dans un communiqué, constitue une trahison pour la civilisation de laquelle ces terroristes se réclament. Le vice-premier ministre a ajouté, en référence aux caricatures de Mahomet, que ”une institution médiatique pouvait être critiquée et même condamnée pour sa ligne éditoriale, mais le terrorisme en lui-même doit être rejeté de façon catégorique, cest une question de principe. »

Sur son compte Twitter, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que “la Turquie continuera de lutter contre tous les types de terrorisme, comme elle la fait jusqu’à présent.” La veille, mardi 6 janvier, une militante affiliée à un groupe terroriste d’extrême gauche, le DHKP/C, avait tué un policier dans un attentat-suicide dans le quartier touristique de Sultanahmet à Istanbul. erdogan

Le ministre des affaires étrangères a aussi prévenu contre l’islamophobie grandissante en Europe, en précisant que le terrorisme et l’islamophobie se nourrissaient l’un de l’autre.

Les théologiens turcs interviewés par le quotidien religieux Zaman ont déclaré que des personnes qui avaient une compréhension correcte de l’Islam ne pouvait pas être à l’origine de cette attaque. « Le terrorisme est contre les valeurs de base de toutes les religions, y compris lIslam » a précisé Cihat Seker, de l’Université de Fatih.

La réaction des médias turcs a été plus disséminée. Ainsi le journal Türkiye, pro-gouvernemental, a d’abord titré “Attaques sur le magazine qui a publié les caricatures hideuses de notre Prophète: résultat 12 mort ! ”. Des commentaires Twitter accusant le journal de justifier l’attaque, Türkiye a ensuite modifié son titre.

turkiye

De son côté, le magazine satirique Penguen, très critique du gouvernement, a publié un dessin tout en sobriété en hommage à Charlie Hebdo. Le magazine est régulièrement victime de menaces lui aussi.

 

Marguerite

En Russie

Après l’attentat au siège de Charlie Hebdo, le Kremlin a immédiatement condamné un « crime cynique » et a réaffirmé sa volonté de coopérer dans le domaine de la lutte conte le terrorisme. Une main tendue aux chancelleries occidentales, à l’heure où le dossier ukrainien empoisonne les relations et où la Russie est confrontée elle aussi à des actes terroristes islamistes : un attentat suicide a fait 5 victimes et 13 blessés en Tchétchénie le 4 décembre 2014.

À Moscou, il ne semble pas y avoir eu de rassemblement spontané d’après nos informations, mais des bougies, des fleurs et des messages de solidarité ont été déposés devant l’ambassade de France par des moscovites. Une autre forme de mobilisation dans un pays où descendre dans la rue n’est pas un comportement politique habituel.

Du côté de la presse, la condamnation à été unanime, même si certains journaux insistent sur les nombreuses provocations de Charlie Hebdo à l’égard de la communauté musulmane – les positions du journal sont décrites comme « d’extrême gauche » et « anticléricales » par le journal économique RBK par exemple. Il est vrai que le « blasphème » n’est pas de mode dans une société quasi unanime sur l’importance de la religion orthodoxe comme fondement de l’identité nationale ; on se rappelle du verdict sévère contre les activistes des Pussy Riot en août 2012. Le journal en ligne Meduza, russophone mais exilé en Lettonie, a été un des rares à expliquer les racines historiques de Charlie Hebdo et sa ligne éditoriale.

Nul doute que l’identité présumée des criminels et le caractère islamiste de l’attaque viendront alimenter le discours sur le choc de civilisations et le déclin de l’Occident chrétien, toujours plus populaire en Russie.

Yann

En Inde

inde 4Le Premier ministre Narendra Modi s’est très rapidement exprimé sur Twitter à la suite de l’attentat, condamnant « l’attaque méprisable » du 7 janvier et exprimant tout son soutien aux familles des victimes et à l’ensemble des Français.
 
A Delhi, une alerte a été déclenchée et la sécurité renforcée dans les aéroports, les gares, la Porte de l’Inde, ainsi qu’à d’autres points stratégiques de la ville. Le commando spécial SWAT de la police de Delhi a également été déployé dans le risque d’une éventuelle attaque terroriste.
 
Depuis un mois au moins, les autorités sont en effet sur le qui-vive, craignant une attaque sur la capitale, notamment de la part du groupe terroriste Lashkar-e-Toiba (« l’Armée des pieux ») proche d’Al-Qaida et régulièrement accusé des attaques et attentats perpétrés au Cachemire indien ou à Bombay en 2008. La fusillade de Charlie Hebdo trouve en Inde un écho tout particulier puisque qu’elle fait suite à l’attentat de Peshawar du 16 décembre dernier qui a beaucoup ému le pays.

Au lendemain et sur-lendemain de la tuerie, Paris fait la triste Une ainsi qu’une large part des corpus d’articles des journaux nationaux (The Times of India, The Hindu), mais aussi d’éditions régionales comme ici dans le Tamil Nadu.
 
Drapeaux en berne, les autorités consulaires françaises du pays ont observé une minute de silence en hommage aux victimes. D’autres rassemblements spontanés ont eu lieu à Bombay notamment, unissant à la communauté d’expatriés endeuillée, une foule d’Indiens compatissants.
inde 2

Drapeaux en berne au Foyer du soldat à Pondichéry en Inde suite à l’attentat contre Charlie Hebdo. Crédits photo : CrossWorlds/Théo Depoix Tuilalepa

Théo

Au Chili

Le choc de la nouvelle et la vague de solidarité à l’annonce de la tragédie française auront été ressentis jusqu’à Santiago. Les médias locaux ont relayé en permanence les informations communiquées depuis Paris et ce soir, les unes de leurs sites Internet étaient encore largement consacrées à l’événement, comme El Mercurio ou La Tercera.

Le site du journal satirique The Clinic (équivalent chilien de notre Canard Enchainé), en plus de la couverture du drame sur Twitter et sur leur site, a notamment regroupé dans un article les dessins de Charlie Hebdo consacrés au général Pinochet – ancien dictateur chilien.

La présidente de la République Michelle Bachelet a exprimé sa « consternation » et a fait part de ses condoléances « face a la peine et la douleur que vivent le peuple français et son gouvernement en ce moment », rappelant le bilan terrible de « douze personnes (…) mortes assassinées et quatre autres luttant entre la vie et la mort ». L’Université du Chili (plus grande et plus prestigieuse université publique du pays) a publié un long communiqué de condamnation du geste et de soutien.

Un rassemblement a été organisé mercredi soir a Santiago a 21h (2h du matin, heure de Paris).

Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

 

Une centaine de personnes rassemblées Plaza Italia, « majoritairement des Français mais quelques Chiliens venus manifester leur solidarité » raconte Estelle Desallais, étudiante française en échange au Chili et participante. « Au début, personne ne savait vraiment quoi faire. L’événement s’est clairement improvisé et comme on était loin des milliers de personnes en France, il y a eu un moment de flottement ». Finalement, le rassemblement aura duré une heure, entre prises de paroles et slogan « Charlie presente, ahora y para siempre ».
Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

Un rassemblement à Santiago, au Chili, le mercredi 7 janvier 2014, en solidarité aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo à Paris. Crédits photo : CrossWorlds/Ombeline Guillaume

Estelle regrette cependant une chose :  » on était tournés sur nous-mêmes. La partie commémoration fut pleinement remplie mais la partir information…moins. Dommage. Car c’était aussi le but de l’événement ». Un nouveau rassemblement est prévu ce samedi devant l’Ambassade de France.

Camille R.

En Afrique du Sud

Loin du tsunami suscité en France par la tuerie d’hier, la vague Charlie Hebdo a tout de même atteint l’Afrique du Sud. Le gouvernement sud-africain, par l’intermédiaire de Clayson Monyela, le porte-parole du département des relations internationales, s’est joint aux réactions émanant de la communauté internationale.

Clayson Monyela a déclaré dans un communiqué que le gouvernement d’Afrique du Sud condamne cette « attaque terroriste barbare et préméditée », ajoutant qu’une telle attaque contre des journalistes et des civils « viole les lois internationales et constitue un crime contre l’humanité ». Il a insisté que l’Afrique du Sud faisait bloc au côté de la communauté internationale pour condamner le terrorisme sous toutes ses formes ; le pays dirigé par Jacob Zuma continuera, d’après Clayson Monyela « de soutenir les efforts locaux et internationaux entrepris pour endiguer ce fléau ». Il a aussi présenté au nom de la République Sud-Africaine ses condoléances au peuple et au gouvernement français, ainsi qu’aux proches des victimes.

Si la population Sud-Africaine a majoritairement accueilli la nouvelle de cet attentat comme un fait divers de plus, la minorité musulmane du pays (moins de 2%) s’est montrée la plus touchée par l’épisode barbare du 7 janvier. Ighsaan Hendricks, président du Conseil Judiciaire d’Afrique du Sud a tenu à prendre la parole, signifiant que « rien de peut justifier un acte pareil, pas même des prétendus idéaux religieux ». Il a insisté sur l’incompatibilité totale entre ce massacre et les valeurs de l’islam.

Gabriel

En Finlande

En ce lendemain d’attaque terroriste, la France se mobilise et mobilise au-delà de ses frontières. Le Premier ministre Stubb a souligné que « la liberté d’expression et la presse libre sont une partie intégrante des valeurs européennes ». C’est au travers de ces valeurs que les Européens de multiples pays se sentent touchés.

L’ambassade de France en Finlande est le lieu de recueillement de nombreuses pensées et hommages aux victimes. Comme pour tous les morts, les Finlandais déposent de nombreuses lumières pour réchauffer la longue nuit hivernale.

Photo prise sur la page Facebook de ARX-Antirasismi X

Photo prise sur la page Facebook de ARX-Antirasismi X

 

Candice B.

En France

Enfin, en France. Les chaînes d’infos ont diffusé en masse les images des rassemblements en solidarité des victimes. Notamment celui à Paris, place de la République. Les journalistes rapportent 35.000 personnes présentes. Nous y sommes aussi allés mais à 20 heures, les manifestants sont moins nombreux : il est possible de se faufiler à travers la cohue.

Moins nombreux, mais pas moins présents. Des dizaines de personnes se sont hissées sur la statue de Marianne et crient avec ferveur « Vivra Charlie », « Char-Liberté », « Liberté d’expression », « Liberté des crayons », sans s’arrêter. La phrase « Nous sommes Charlie » est projeté sur la statue.

P1050101

« Nous sommes Charlie » projeté sur la statue de Marianne le mercredi 7 janvier 2014 vers 20h. Crédits photo : CrossWorlds/Clara Wright

 

La foule regarde, reprend quelques refrains en coeur, applaudit lorsque les photos des dessinateurs Wolinski et Charb sont collées sur la statue de Marianne, mais reste le plus souvent silencieuse. Un silence que l’on ressent comme respectueux. Dans le calme, l’émotion est palpable. Des panneaux sont brandis ; on peut lire des hommages aux victimes mais aussi des messages de défense de la démocratie et de la liberté d’expression.

P1050138

Un panneau avec les noms des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, vu lors du rassemblement à République le mercredi 7 janvier 2014. Crédits photo : CrossWorlds/Clara Wright

P1050071

Mercredi 7 janvier 2014, à 20heures, le sol de la place de la République. Crédits photo : CrossWorlds/Clara Wright

 

Sur le sol, on peut lire « Je suis Charlie » écrit à la main par les manifestants. Alors bien sûr, nous ne sommes pas tous Charlie, nous ne lisions pas tous le magazine qui tirait à 60.000 exemplaires par semaine, nous n’étions pas tous fans de leur cynisme. Bien sûr, il y a des attentats qui ne reçoivent pas la même couverture médiatique, mais est-ce pour autant que l’on devrait se flageller d’être révolté ? A lire ces lignes sur le parvis parisien, je pense aux mots de Paul Eluard :

« Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

(…)

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté. »

Et j’y crois.

Clara